Infowakat | Mise en quarantaine de 23 entreprises par l’ARCOP : La suspension seule ne suffit pas
mercredi 17 janvier 2018
Categories

Mise en quarantaine de 23 entreprises par l’ARCOP : La suspension seule ne suffit pas

Le 3 octobre dernier, l’Autorité de Régulation de la Commande Publique a publié le rapport de l’économie de ses activités de l’année 2016. Dans ce rapport, il est ressorti que 23 entreprises ont été suspendues pour raison de falsification de document commercial et/ou administratifs et la production d’une convention de regroupement non authentique. Mais la suspension ne devrait pas être la seule sanction. Il faut que ces entreprises écopent d’une sanction à la hauteur de leurs forfaits.

Les 23 entreprises suspendues de la commande publique sont entre autre, ECOCO SARL et son gérant M. Cheick Oumar Ouédraogo ; Entreprise BETHEL et son gérant, M. Daouda Ouédraogo ; Entreprise WEND-KUNI et son gérant, Hamado Sinaré ; Entreprise FUTURIS et son gérant ; Société C.CO.BAT et son gérant ; Consultant KI ZERBO Honoré Bonto ; Société BHR et son gérant, Salif Bélem ; Entreprise Faso HOLDING et son gérant, Martial Théophane Nikièma ; SATB SARL et son gérant, Rasmané Siemdé ; Entreprise EKHNAF et son gérant ; Société RECODIS et son gérant Bernard Nacoulma ; Société Burkina-Vivres et son gérant, Rasmané Nandebanka ; EOIF/BTP et son gérant, Inoussa Ouédraogo ; Société groupe Graphique (SGG-SA) et son gérant ; L’entreprise Sara Corporation SARL et son gérant, Rachid Sawadogo ; L’entreprise Kaboré Junior et son gérant Junior Kaboré ; Cabinet IAC et son gérant, Félix Aissi ; L’entreprise Yalmwendé et son gérant, Didier Sawadogo ; l’Entreprise Ouédraogo Boureima et Frères (EOBF) et son gérant, Boureima Ouédraogo ; L’entreprise Génie BTP et son gérant, Abdoul Karim Ouédraogo ; L’entreprise EZARMO et son gérant, Mahama Zongo ; L’entreprise Sawadogo Faustin et Frères (ESFF) et son gérant Faustin Sawadogo ; L’entreprise Nooma Wendé et son gérant, Kalilou Conombo.

Il faut dire que ses entreprises ne pourront pas soumissionner aux marchés publics. C’est le lieu de rappeler que la falsification de documents ou la production de convention de regroupement non authentique relève de la mauvaise foi et la sanction affligée aux responsables de ces entreprises dans ce cas de fait ne devrait pas se limiter à une simple suspension temporaire. Ces entreprises devraient être traduites en justice et devraient écoper d’une sanction pénale à la hauteur de leur forfait car « le faux et usage du faux » est crime sanctionné par notre code pénale. Si les responsables de ces entreprises sont capables de falsifier des documents, il va sans dire qu’ils seront aussi un jour capable de plonger les populations dans les déboires en falsifiant, comme l’entreprise OBOUF, les délais de péremption de leurs produits. Ne dit-on pas souvent que « qui vole un œuf volera aussi un bœuf » ? Il est temps de rompre avec le laxisme au pays des Hommes intègres et d’employer la mesure forte pour dissuader certaines personnes qui ont la volonté de nuire toute une population pour leurs propres intérêts.

« C’est pareil pour les établissements scolaires… »

C’est pareil pour les établissements scolaires qui poussent chaque jour comme des champignons alors qu’ils ne sont pas reconnus par l’Etat. L’Etat doit sanctionner les responsables de ces établissements afin de dissuader ceux qui avaient l’intention d’emboiter le pas de ces faussaires. Le droit doit être dit de façon rigoureuse dans le but d’amener les responsables d’établissement à comprendre que les parents d’élèves ne vont pas se saigner pour leur faire grâce de ces frais de scolarité souvent très élevés. On ne cessera d’attirer l’attention des parents sur la vérification de la légalité de l’établissement dans lequel ils iront inscrire leurs enfants. Comme les établissements supérieurs, ceux secondaires sont aussi embourbés dans l’existence clandestine. Chaque parent responsable doit, pour le meilleur avenir de son enfant, prendre toutes les dispositions possibles pour ne pas être surpris désagréablement par ces établissements fantômes.

Armand Kinda
Infowakat.net

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INFOWAKAT.NET