Actualité Société

Mouvements d’humeur dans les casernes de police : l’UNAPOL demande la relecture immédiate du décret sur le service payé

L’Union police nationale a convié une conférence de presse ce lundi 20 mars 2017 afin de se prononcer sur la question du service payé qui a suscité des mouvements d’humeur dans les casernes de service de police et sur l’état d’avancement de sa plate-forme revendicative présentée au ministre en charge de la sécurité.

le secrétaire général de l’UNAPOL, Wakilou Senou

Les textes régissant le service payé datent de 1979 et portent fixation des montants des rétributions allouées aux prestations de service effectuées par les fonctionnaires de police au profit des particuliers. Selon l’Union police nationale, le service payé est confronté à un problème de transparence dans sa gestion et à un problème de répartition. Cela se traduit entre autres par des prestations policières dans des sociétés de la place telles que des compagnies minières, la SGBF, le collège Horizon international sans conclusion de contrat.

A cela s’ajoute une mauvaise interprétation des textes par la hiérarchie policière qui indique qu’une grande partie de l’argent obtenue par les agents dans ce cadre sera utilisée pour le fonctionnement du service. Et ce, en référence à l’article 12 du décret sur le service payé qui stipule que « 30% de ce montant seront reversés à la Caisse des œuvres sociales de la police au niveau de la Direction générale de la sureté nationale ». D’où les mouvements d’humeur dans les casernes de service de police, nous a indiqué l’UNAPOL.

Et suite à cela, l’Union police nationale exige de l’autorité politique, la relecture immédiate du décret portant sur le service payé afin que les policiers jouissent de garanties allant au-delà de simples promesses et la responsabilisation de personnes qui bénéficient de la confiance de la trompe. Et ce, dans le cadre de ne pas déroger à l’objectif du syndicat qui est d’éradiquer par tous les moyens, l’indiscipline dans les rangs. « Ce sont les mêmes raisons et les mêmes personnes à quelques exceptions près qui sont à l’origine de la mutinerie de 2011 ayant entraîné la radiation des 136 policiers à la suite de cette mascarade de ‘’ conseil de discipline vengeance ‘’ dont ils ont été victimes », a soutenu le secrétaire général de l’UNAPOL, Wakilou Senou, par ailleurs commissaire de police.

Quant à la situation que vivent les policiers révoqués de 2011, l’UNAPOL a déclaré être en étroite collaboration avec ces derniers et mène des actions dans le sens de leur réintégration dans les rangs de la police. Parmi ces actions, on peut mentionner la déclaration de l’union des policiers adressé au Président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré afin qu’il fasse parler son cœur ; une rencontre avec le ministre de tutelle à ce sujet et des discussions avec les centrales syndicales en l’occurrence la CGTB. L’UNAPOL a réaffirmé de son soutien à leur égard et a qualifié leur situation d’un fait de vengeance.

Ce fut également l’occasion pour le syndicat des policiers de revenir sur sa plate-forme revendicative présentée au ministre en charge de la sécurité en fin novembre dernier et reformée en début février. Ces revendications axées sur cinq grands points sont d’ordre fondamental, organisationnel, financier, infrastructurel et social. Il s’agit entre autres de la relecture de la loi 045 portant statut du personnel de la police nationale, de la prise en compte de l’UNAPOL sur toutes les questions relatives à la vie de l’institution policière, la relecture des décrets portant sur le service payé et celui relatif à la gestion du compte 49.126, la prise en compte des policiers comme personnel essentiel et non personnel d’appui dans les prestations de l’administration publique.

A cela s’ajoute l’octroi de dotation conséquente et régulière en matériel de travail, carburant et tous les moyens nécessaires au fonctionnement optimal des services de police, la construction, la réhabilitation et clôture des services de police.

Les membres de l’UNAPOL

Par ailleurs, l’UNAPOL propose de verser 50% de toute contravention dans le compte 49.126 et l’autre moitié pour les municipalités. Au budget du compte 49.126 s’ajoutera le montant total du service payé pour constituer un treizième mois pour tout policier et si cette gestion est transparente, les policiers n’y verront aucun inconvénient. Le syndicat des policiers a reconnu ne pas avoir droit de grève mais affirme disposer encore d’avantage de moyens pour faire aboutir leurs revendications. « Nous n’allons pas les dévoiler mais si la plate-forme n’avance pas, l’autorité politique aura le temps de voir comment nous allons la faire avancer », a ajouté le secrétaire général de l’UNAPOL.

Cependant, si tous les cinq points sont satisfaits, l’autorité publique n’entendra plus des murmures au sein des casernes, ont conclu les conférenciers.

Bernadette DEMBELE, stagiaire 

Infowakat.net

Encadré :
Le compte 049.126 intitulé « fonds d’équipement de la Direction générale de la sureté nationale » est un compte qui est régis par un décret de 1979 et est censé recueillir 20% de toute contravention, de toute amende forfaitaire que la police verse. L’UNAPOL dénonce une opacité dans la gestion de ce compte 049.126 qui a été dénommé à tort comme le compte d’équipement de la police nationale, a indiqué son secrétaire général, Wakilou Senou. « C’est nous qui travaillons pour nous équiper en tenue et bien d’autres matériels. Quelle est la part contributive de l’Etat dans notre prise en charge, dans notre fonctionnement? Aucun policier, de nos jours, en dehors de ceux qui gèrent le compte peut-être ne peut vous dire à quoi il est destiné, quel est son montant et quel est l’usage qui en est fait », s’est indigné l’UNAPOL à travers a voix de son SG.

ARTICLES SIMILAIRES

Mali : Une affaire d’uniforme de mariage divise un couple

REDACTION

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Mali: l’armée française tue une femme pendant une poursuite

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR