A LA UNE Actualité Burkina Santé

Mutilations génitales féminines : « ni acteur, ni complice », une campagne pour l’éradication du phénomène

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) Burkina Faso a organisé une campagne dénommée « ni acteur, complice. Stop aux MGF maintenant » au profit des jeunes des 13 régions du pays. Laquelle campagne de mobilisation des jeunes sur la promotion de l’élimination des Mutilations génitales féminines a pour objectif d’engager ces derniers dans les actions de prévention et de dénonciation du MGF au pays des « Hommes intègres ». C’était ce samedi 03 décembre 2022, à Ouagadougou.

Il ressort que le Burkina Faso fait partie des 29 pays africains où les femmes et les filles subissent encore la pratique des mutilations génitales féminines. Ainsi, la prévalence de l’excision est passée de 75,8% des femmes âgées de 15 à 49 ans selon l’EDS de 2010 à 67,6% pour la même tranche d’âge selon l’Enquête multisectorielle continue (EMC) publiée en 2015.

Edith Ouédraogo, chargée de programme genre culture et droits humains à l’UNFPA

On note cependant une baisse de la prévalence chez les enfants de 0 à 14 ans. Par ailleurs, la même enquête précise que de 13,3% en 2010, la prévalence chez les enfants de cette tranche d’âge est passée à 11,3%.

C’est au regard des innombrables conséquences des MGF sur la santé des personnes et la problématique du respect des droits humains et de l’autonomie corporelle des femmes et des jeunes filles, que l’UNFPA a voulu organisé cette campagne au profit des jeunes. Elle s’inscrit dans le cadre des activités des 16 jours activismes contre les Violences Basées sur le Genre (VBG).

Edith Ouédraogo, chargée de programme genre culture et droits humains à l’UNFPA, estime qu’il convient de mener des initiatives coordonnées et systématiques pour encourager l’abandon des MGF. « Ces initiatives doivent aussi répondre aux besoins de santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles qui en subissent les conséquences », a-t-elle indiqué soulignant que les MGF sont une pratique néfaste pour la femme et la jeune fille. « Elle peut causer de complications sévères, pouvant même causer la mort », toujours selon Edith Ouédraogo.

C’est pourquoi elle a exhorté les jeunes à marquer une rupture définitive avec ses pratiques néfastes et à être des portes flambeaux de la lutte contre les MGF. « Le combat pour mettre fin à cette pratique est le vôtre », a-t-elle dit aux jeunes venus des 13 régions du Burkina pour la circonstance.

Pour Paulin Ouédraogo, coordonnateur du réseau Burkinabè des jeunes pour la promotion de l’élimination des MGF, le message est bien passé. Car, dit-il, depuis 2020, les jeunes sont engagés dans la lutte contre les MGF. « Actuellement les jeunes sont au-devant dans la lutte contre les MGF. Aujourd’hui l’UNFPA nous donne une occasion de réaffirmer notre engagement. Cette tribune nous appelle à maximiser sur la sensibilisation, la communication par paire pour qu’ensemble, nous puissions atteindre les objectifs escomptés », a-t-il précisé.

Paulin Ouédraogo, coordonnateur du réseau Burkinabè des jeunes pour la promotion de l’élimination des MGF

A travers cet élan, l’objectif c’est de donner le maximum d’information aux jeunes afin de les inviter « à nous rejoindre dans la lutte contre les MGF ». « Dans le cadre du MGF, il y a des gens qui sont réticents. Notre travail c’est de donner l’information et de les amener à déconstruire ces idées préconçues qu’ils ont des MGF ». À l’en croire, ce travail a engrangé des résultats notables sur le terrain.

Tous les acteurs engagés pour cette cause gardent l’espoir que d’ici l’horizon 2030, ils arriveront à mettre fin aux mutilations génitales féminines.

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Tchad : Mahamat Idriss Deby promet le respect “strict” du délai de la transition

INFOWAKAT

Au Burkina Faso, « le paternalisme, c’est fini » : des milliers de manifestants dénoncent l’influence de la France en Afrique

INFOWAKAT

Communiqué relatif au réaménagement des horaires de travail journalier durant la période allant du 28 janvier au 05 février 2023, à l’occasion du SIAO

INFOWAKAT

Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat reçoit un messager de son homologue tchadien

INFOWAKAT

16e édition du SIAO : faire de l’artisanat un facteur de résilience des populations

INFOWAKAT

« Fini, l’Afrique dominée, place à l’Afrique souveraine et son message : l’Afrique aux Africains ! »

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR