A LA UNE Actualité Articles Burkina Société

Orpaillage : les orpailleurs en quête de modernisme

Le syndicat national des orpailleurs artisanaux et traditionnels du Burkina Faso tient son 3e congrès ordinaire ce samedi 06 juillet 2019 sous le thème « Rôle et contribution de l’orpaillage du développement du Burkina Faso » Les membres du syndicat vont au cours de ce congrès, faire le point du rapport financiers, relire le texte constitutif afin d’apporter des amendements. Ils vont aussi élire un nouveau bureau pour 5 ans.

La tenue du congrès témoigne de la vitalité du syndicat à en croire le représentant du ministre des mines et des carrières, Salofou Trahoré.

Paul KABORE

Le syndicat encadre des travailleurs de 360 sites miniers. Il contribue au développement socio économique du pays à travers la construction des infrastructures.

Au plan national, plus de « 8000 » sites miniers artisanaux actifs existent . Selon les statistiques de l’Institut nationale de la statistique et de la démographie, plus de 10 tonnes d’or ont généré 232 milliards de FCFA pour 2016. « Sur les 10 tonnes, on a pu exporter que 200 kilo donc plus de 9 tonnes échappe au circuit formel d’exportation. C’est pour cela qu’il y a des pays de la sous-région qui ne produisent pas l’or mais qui l’exportent » martèle le représentant du ministre. Il est donc impérieux de travailler à réduire la fraude dans ce sous secteur.

Le secrétaire général de l’Organisation nationale des syndicat libres appelle les congressistes a aussi réfléchir sur la question du travail des enfants dans les sites miniers qui est toujours une réalité.

L’artisanat minier a une reconnaissance légale à travers quatre types de cartes. On a la carte d’artisan minier exploitant, collecteur. La carte d’artisan minier fournisseur de service et artisan minier intermédiaire. Salofou Trahoré invite donc les orpailleurs à s’inscrire pour bénéficier d’accompagnement.

Le ministère prévoit des sensibilisations et formations de 35 sites sur les techniques de creusé de façon sécurisée et de traitement des produits chimiques pour la préservation de la vie des exploitants et de l’environnement.
Il invite aussi les autorités à prendre des dispositions fortes pour protéger les enfants.

Paul Kaboré pointe du doigt la responsabilité de l’état face à l’absence de surveillance sécuritaire des sites quand ils sont fermés en saison pluvieuse.

Ce manque de sécurité entraîne des pertes en vie humaine quand survient un éboulement. « Si vous fermez les sites, trouvez une solution pour qu’on ne puisse plus contourner la police pour exploiter ».

Le ministère prévoit aussi de mettre en œuvre une stratégie pour que l’artisanat puisse contribuer à l’économie nationale. Un décret qui organise le secteur est également pris. Ainsi, on a une zone dédié à l’exploitation (les puits), une zone pour le traitement et une zone d’habitation et activités diverses.

 

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Compte rendu du conseil des ministres du 16 octobre 2019

REDACTION

Conseil des ministres : bientôt le bitumage de la nationale n°17 (Guiba-Garango)

REDACTION

Diplomatie: Zéphirin DIABRE reçoit l’ambassadeur de l’union européenne

REDACTION

Burkina : Abdoul Salam Tall présumé terroriste en fuite ? Message non authentifié

Infowakat MEDA

L’endométriose, un mal féminin méconnu

REDACTION

Lutte contre le terrorisme: il faut une réforme sécuritaire

REDACTION

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR