A LA UNE Articles Burkina Société

Ouagadougou : agressé, le journaliste Dieudonné Lankoandé va mieux

Le journaliste Dieudonné Lankoandé, de Faso Legal a été agressé le vendredi 19 juin 2020 dans la nuit, par  des individus armés  à Ouagadougou. Celui-ci s’en est sorti avec quelques blessures, mais s’est fait dépouillé de tous ses biens.

C’est après une journée de travail en rentrant chez lui, vers 21h30, que l’agression a eu lieu. « 04 jeunes hommes à visage découvert m’ont agressé sur la grande voie entre le maquis Samande Nab bar (Ouaga 2000) et l’hôtel président » explique t’il.

« Le premier groupe de jeunes a surgi devant moi sur une moto et l’un d’eux m’a porté un coup violent sur la tête avec un gros bâton ».

Il perd connaissance puis, quelques minutes plus tard, en tentant de se relever tout en cherchant son téléphone portable, celui-ci se fait prendre en chasse par ses ravisseurs qui avaient visiblement attenter à sa vie. « C’est en ce moment que j’ai entendu « gwein » (en mooré qui veut dire : tire sur lui). Le 2e groupe de jeunes s’était approché de moi et j’ai pu apercevoir leurs armes (machettes et bâtons) ».

« En effet, voulant me relever pour fuir je me suis retrouvé dans un caniveau ouvert en chantier. Je me suis débattu dans le trou pour pouvoir m’échapper. C’est en ce moment que j’entendais les autres coups de feu en ma direction. Puis après rien. J’étais donc maintenant à peu près une dizaine de mètres des délinquants. Blessé aux genoux, aux mains et à la tête j’étais maintenant dans un lieu encore plus éclairé au bord de la route » raconte la victime.

Le groupe a emporté tous les biens qu’avait la victime sur elle, c’est à dire sa moto, un ordinateur portable, un disque dur, une caméra, ses documents d’identité, son chéquier, un téléphone portable et d’autres documents.

D’après Dieudonné Lankoandé, ses ravisseurs avaient « apparemment » préparé leur coup et « ils attendaient leur victime ».

Le journaliste doit son salut à quelques « passants et le voisinage qui avait entendu les coups de feu ». Il a été conduit au « CSPS de Songnaba, au Centre Médical de l’Espérance ainsi qu’au CIMO pour les radiographies ». Au dernières nouvelle Dieudonné Landoandé « va mieux » ainsi que le « moral ».

Ce n’est pas la première fois qu’un journaliste Burkinabè fasse l’objet de violence. Le 07 janvier dernier, le journaliste Burkinabé d’investigation Ladji Bama avait été lui aussi été victime de vandalisme  à son domicile à Toéghin, à Ouagadougou. Sa voiture a été incendiée par des individus.

Plus tard, en mai 2020, Lionel Bilgo, journaliste, et directeur Afrique de Teminiyis Média recevait une menace de mort à son domicile.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net 

ARTICLES SIMILAIRES

Mali : l’imam Dicko lance un appel au calme après de nouvelles violences à Bamako

INFOWAKAT

Burkina/Syndicat : le gouvernement veut « asphyxier financièrement les magistrats »

Jordan MEDA

Burkina : une altercation vire en affrontement intercommunautaire à Loropeni

Jordan MEDA

Mali: le président IBK annonce une «dissolution de fait» de la Cour constitutionnelle

INFOWAKAT

Burkina : la difficile tache des médias en période électorale

Jordan MEDA

Sécurité : 23 malfrats saisis par la gendarmerie de Pô

Jordan MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR