A LA UNE Articles Burkina Société Tribunes

Ouagadougou: ils manquent de se faire lyncher à cause d’un téléphone volé

Lundi 10 Mai 2019, début de semaine. Il est 11h, le soleil pointe déjà ses pics de chaleur au zénith. Au quartier 1200 logements, un fait à la fois banal et quelques peu intrigant se produit. Deux jeunes gens viennent de se faire prendre les mains dans le sac par une dame très vigilante.

Les deux présumés voleurs avant l’arrivée de la police

En pleine journée pendant que de nombreux ouagalais s’affairent à leurs tâches quotidiennes, d’autres d’une manière peu honorable, essaient de se faire la malle sur les biens d’autrui. Deux présumés voleurs, viennent de se faire prendre dans un des nombreux six-mètres du quartier 1200 logement de la ville de Ouagadougou. Selon les témoins que nous avons interrogés, tout a débuté dans un kiosque à café. Venus en clients normaux, ces deux jeunes gens auraient profité d’un moment d’inattention de la gérante dudit kiosque, pour lui soustraire son téléphone portable.

Fort heureusement, une dame présente sur les lieux ayant remarqué le manège, attire l’attention des autres peu avant que nos chenapans ne tentent d’enfourcher leur moto.  Surpris par le sursaut des occupants du kiosque, les deux individus engagent un sprint à travers les ruelles. La course poursuite prendra fin quelques minutes à peine sur l’avenue Bambanguida.

Pris entre les mailles du filet, assis à même le sol, les deux présumés voleurs ont visiblement passé un très sal quart d’heure. D’un côté il y avait ceux qui estimaient que le châtiment n’était pas à la hauteur du forfait, et de l’autre ceux qui préféraient s’en remettre à la justice. Et c’est finalement le second groupe qui remporte le bras de fer, puisque, la police fit son entrée sur la scène une bonne heure après.

Si cette forfaiture est à proscrire de nos valeures, il y a bien autre valeure qu’il faut saluer. Celle du respect du droit dont ont fait preuve certains membres du groupe, en senremettant aux compétences de la police.

Frédéric KAMBOU (Stagiaire)

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

ONEA : Perturbation de la desserte en eau dans certains quartiers de la ville de Ouagadougou

INFOWAKAT

Carrière de Borodougou : site touristique ou désastre écologique ?

Infowakat MEDA

Affaire BDU-BF : la galère des 25 licenciés

Infowakat MEDA

Problèmes sanitaires : les solutions du MIDE

Infowakat MEDA

Fada : « Obar Goini » (Le chef n’est plus »)

Infowakat MEDA

Dj Arafat : de Yôrôbô à Daishi, un parcours très controversé

Infowakat MEDA

1 commentaire

Konkona 11 juin 2019 at 4 h 58 min

« Si cette forfaiture est à proscrire de nos valeures, il y a bien autre valeure qu’il faut saluer. Celle du respect du droit dont ont fait preuve certains membres du groupe, en senremettant aux compétences de la police ».

Monsieur le journaliste, limiter vous à la narration des faits. Si de nos jours, des gens estiment qu il faut châtier eux même les voleurs, c est parceque la justice dans notre pays est quasiment inexistante. Les mêmes voleurs, vous les verrez dans quelques jours au même endroit. Je ne suis pas certain que le Burkinabé, en tout cas les personnes qui vivent au Burkina sont aussi méchantes. C est parcequ elles sont fatiguées et indignées. Au bon vieux temps, les Voltaique conduisaient eux même les voleurs dans les commissariats et repartaient satisfaits même avant le jugement. SVP, contentez vous de vos narrations .

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR