A LA UNE Actualité Articles Burkina

Ouagadougou : le village artisanal en sit-in

Le personnel du Village artisanal de Ouagadougou (VAO) observe un sit in à compter de ce mercredi 12 juin 2019 au vendredi 14 juin 2019.  Les agents du VAO revendiquent le statut juridique de la structure, le statut du personnel et la relance des activités du Village artisanal de Ouagadougou.

Depuis la création du VAO en 2000, le problème du statut juridique s’est toujours posé, nous dit le délégué du personnel du Village artisanal de Ouagadougou Abraham Diao.

Il y a eu des études qui ont été faites et à « l’issue de ces études, on nous a proposé un établissement public de l’Etat à caractère professionnel (EPEC) qui est toujours sur la table du ministre. Nous ne savons pas ce qui bloque le dossier alors qu’il a été finalisé depuis 2018. Nous avons essayé d’en savoir plus et il nous a toujours dit d’attendre que la question est délicate. Nous demandons qu’on nous donne un chronogramme précis sur le dossier ».

M. Abraham DIAO

Le Village artisanal existe depuis 19 ans et « c’est comme si un enfant était né et n’a pas d’acte de naissance », affirme le délégué du personnel du Village artisanal de Ouagadougou.

Ce qui pose un problème de fonctionnement, donc un problème qui mérite d’être résolue. Des propositions ont été faites et sont sur la table du ministre du commerce, de l’Industrie et de l’Artisan mais, « il y a un problème de traitement diligent de ces dossiers ».

Les agents souhaitent aussi que le statut du personnel soit revu. La plupart des agents ayant dix ou quinze ans de service sont toujours au même niveau. En effet « il n’y a pas d’avancement chez nous et nous luttons pour que le statut des agents soit amélioré », rapporte Abraham Diao.

Le troisième point concerne les activités du VAO. Le personnel explique qu’avant 2011 les affaires étaient florissantes.

 Il menait une dizaine d’activités  au plan national qu’international et la subvention de l’Etat avoisinait les 34 millions et une vingtaine d’acheteurs professionnels venant de partout dans le monde.  Mais, au fil du temps la subvention de l’Etat s’est érodée. Elle est passé de « 34 millions à 5 millions ». « Il faut dire que les trois années passées, nous n’avons pas bénéficié de la subvention de l’Etat ».

Laquelle subvention s’avère très importante pour eux et c’est avec cette subvention que le Village arrivait à mener les  activités de promotion aussi bien au plan local qu’à l’étranger. « Ce qui plombe nos activités et ces trois années. Nous n’avons pas mené d’activités au VAO, pas de formation d’artisans, de manifestation locale ou étrangère ».

Des acheteurs professionnels qui étaient une vingtaine en 2011, il ne reste plus qu’un seul, et ce, à cause du problème sécuritaire qui a touché le domaine du tourisme. Le  chiffre d’affaires en 2011 qui s’élevait à 500 millions est présentement à 200 millions qui sont redistribués aux artisans à 90%.

« Nous avons proposé, étant donné que les touristes ne viennent plus nous devons intensifier les sorties sur le terrain aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour proposer nos produits et pouvoir booster l’activité. Et là aussi, un problème financier se pose » termine Mr. DIAO.

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Forum des jeunes : les jeunes mettent le président devant ses responsabilités

Infowakat MEDA

Tribunal de l’actualité : L’Unité d’action populaire, légitime ou pas ?

Infowakat MEDA

Burkina-Toéni : « Nous devons nous armer de courage et de détermination » (Roch Kaboré)

Infowakat MEDA

Burkina : les agents de l’administration annoncent une grève de 96h

REDACTION

Burkina : perturbation du réseau à la direction générale des impôts

Infowakat MEDA

Burkina : 5 militaires décédés dans une embuscade à Toéni

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR