A LA UNE Articles Burkina

Ouagadougou: les commerçants de Nabi Yaar révoltés

Les commerçants du marché de Nabi Yaar ne sont pas contents des agissements des autorités, et partant, du maire de la ville de Ouagadougou. Ils ont démontré leurs mécontentements, à travers l’établissement de barrage de fortune sur une des voies d’accès audit marché, le lundi 27 avril 2020. Ils réclament la réouverture du marché.

Il est 10h17 lorsque infowakat.net arrive au marché de Nabi-yaar, une foule de personnes, hurlants, laissant transparaître leur mécontentement. La cause est de toute évidence la réouverture du marché, prônée par les commerçants du marché.

Du feu tricolore à l’entrée de l’hôpital saint Camille, et sur une distance d’environ 100 m, plus aucun usager n’a accès à la voie. Seul les ambulances et les personnes se rendant à l’hôpital y sont autorisées.

Cela fait un mois et deux jours que le marché de Nabi est fermé selon Issouf, qui se plaint par ailleurs du fait que les autorités ne s’expriment pas clairement sur l’ouverture de ce marché, tandis que le marché de central a rouvert il y a maintenant une semaine. « Depuis un mois nous sommes là posés, nous ne gagnons rien à manger, nous n’avons pas de salaire, rien. C’est pour cela que tous les commerçants des marchés de Nabi yaar, Sankar-yaaré, marché du 10, Zabre daaga, sont tous révoltés. Ils ont bloqué toutes les voies ; nous attendons maintenant de savoir quand est ce que les marchés s’ouvrent ».

Seydou Kiendrebéogo, commerçant, lui, trouve qu’ils ont été assez flattés par les autorités sur la réouverture de leur marché. « Ils nous font tourner en rond seulement. Il faut qu’ils arrangent la situation qui est là. Il y a aussi le port du masque qui est là. Nous cherchons d’abord l’argent pour nous nourrir, et ensuite nous nous trouverons des cache-nez » a-t-il lancé.

La fermeture du marché est d’autant plus insupportable que nous sommes dans la période du jeûne musulman. « Nous sommes dans le carême et Il n’y a rien à manger. Même pour payer le sucre pour les repas, nous ne pouvons pas. On n’a rien et on ferme nos marchés encore. Il y a de nombreux revendeurs dans le marché, avec la fermeture on arrive plus à nourrir nos familles ».

Alex SOME
Stagiaire
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : En attendant le vote!

REDACTION

Burkina/Boucle du Mouhoun : un chef de village enlevé dans la Kossi

Jordan MEDA

Burkina/Fada : La population descend au gouvernorat avec des corps de proches tués

Jordan MEDA

Concours directs : 1 290 142 candidatures pour 4 721 emplois

INFOWAKAT

Elections couplées de 2020 : la date limite de réception des dossiers de candidatures

INFOWAKAT

Covid19-BF : 19 nouveaux cas confirmés à la date du 15 septembre 2020

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR