Actualité Agriculture Articles Technologie

Pôles de croissance : intensifier et transformer la production agricole par l’aménagement d’infrastructures culturales et industrielles

La première session de l’année 2017 du Comité national de pilotage des pôles de croissance s’est ouverte ce vendredi 05 mai 2017  dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères, de la coopération et des burkinabè de l’étranger, sous la présidence de Hadizatou Rosine Sori/ Coulibaly, vice-présidente du comité national de pilotage des pôles de croissance.

Le presidium

La première session de l’année 2017 du Comité national de pilotage des pôles de croissance poursuit les objectifs que sont : analyser la place de l’exploitation familiale dans les agropoles, faire le point sur l’état de mise en œuvre des pôles de croissance, examiner et adopter les actions prioritaires pour accélérer le développement des pôles de croissances. D’où le thème « Agropoles et agriculture familiale : faire des agropoles un levier d’émergence d’exploitations familiales modernes et compétitives », de ladite session.

« L’objectif visé à travers la construction d’un agropole est d’intensifier et de transformer la production agricole sur un périmètre donné par l’aménagement d’infrastructures agricoles et industrielles et la mise en place d’une plate-forme combinée d’infrastructures de soutien et de services critiques essentiels pour le développement d’une activité économique dynamique et compétitive portée par le privée » a indiqué la vice-présidente du comité national de pilotage des pôles de croissance, Hadizatou Rosine Sori/ Coulibaly, par ailleurs ministre de l’économie, des finances et du développement.

« Parmi les secteurs porteurs à dynamiser dans le cadre du PNDES (Plan national de développement économique et social), figure au premier plan le secteur agro-sylvo-pastoral, faunique et halieutique qui, bien que prépondérant, viable et durablement potentiel, est caractérisé par sa faible productivité, sa faible résilience et sa faible connexion aux marchés et à l’industrie de transformation ;toute chose qui ne permet pas, actuellement, de maximiser sa valeur ajoutée et sa contribution à la croissance », a-t-elle ajouté. De son avis, une telle opérationnalisation permettra de porter le poids des pôles de croissance et de compétitivité dans le produit intérieur brut (PIB) à 3% en 2020 et les emplois créés à 45000 au moins. A cela s’ajoute une augmentation de la productivité du secteur primaire de 50% et du taux de commercialisation des produits agricoles et un accroissement des produits agricoles transformés de 12%.

Le rapport introductif de la présente session indique l’accroissement de la production agricole céréalière qui est passée de 103000 en 2013 à 160000 en 2015 et celui des rendements sur les périmètres aménagés de 6t/ha contre 4t/ha. La mise en œuvre des pôles de croissance et de compétitivité rencontre des obstacles que sont entre autres la faible appropriation de l’approche des pôles de croissance par certains acteurs qui considèrent que c’est un accaparement des terres des paysans qu’on veut transformer en ouvriers agricoles, la faiblesse en terme de capacité technique, les difficultés de l’accès aux financements, les risques élevés de l’activité agricole lors d’une catastrophe naturelle.

En rappel, parmi les projets de création de pôles de croissance en cours, on peut citer l’agropole de Souou et Samandéni, le pôle de croissance du Sahel, les pôles écotouristiques de l’Est, le technopole de Ouagadougou, les zones économiques spéciales de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, les grandes entreprises à savoir la grande huilerie de Bobo, les cultures et hôtelleries de Ouagadougou et les produits de niche.

Les participants

A noter qu’on entend par agropole, un pôle de croissance qui est centré sur l’intensification de l’accroissement de la valeur de la production agricole à travers la mise en place de système d’irrigation  pour permettre une production en situation de maitrise totale de l’eau et la mise en place également de mécanisme de transformation de la production pour accroître la valeur ajoutée. Et par exploitation familiale, une petite exploitation de type paysannat qui est à distinguer de l’agrobusiness qui sont des unités de grandes tailles créées par de grands investisseurs.

Bernadette DEMBELE, stagiaire 

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Terrorisme au Mali : Salif kéita au président malien

INFOWAKAT

Terrorisme au Mali : la France dément les propos de Salif Keita

INFOWAKAT

Politique :  » tout est pire qu’avant » (Ablassé Ouédraogo)

Infowakat MEDA

L’actualité de la semaine en bref

Infowakat MEDA

Energie solaire : un équipement moins cher à l’achat revient plus cher avec le temps

Infowakat MEDA

Markoye : 4 civils tués par des hommes armés

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

error: Content is protected !!
Infowakat

GRATUIT
VOIR