A LA UNE Actualité Burkina Politique

Politique : L’Alliance africaine pour le développement (ALIAD), un nouveau parti dans la sphère politique

Un nouveau parti vient de naitre dans le monde de la politique. Il s’agit de l’alliance africaine pour le développement (ALIAD). Le président du parti, Mohamed Sondré a donné les motivations de sa création ainsi que ses missions ce vendredi 20 août 2021. Le nouveau parti a été créé afin d’apporter leur voix pour la construction du pays. Il a été mis en place le 13 juillet 2021 par 17 personnes dont 14 hommes et 3 femmes.

Pour le président du parti, Mohamed Soré, la lutte menée par l’alliance africaine pour le développement (ALIAD) a pour objectif de libérer les couches opprimées telles que la jeunesse et les masses populaires des politiques. Il estime que cela est d’une grande nécessité au regard de la crise sanitaire et sécuritaire dont souffre ces derniers. « Les masses populaires endurent une vie de famine inimaginable, une peur chronique qui se justifie par la situation sécuritaire, le désintérêt du gouvernement à soutenir les populations face aux conditions imposées par les entreprises étrangères, une situation sanitaire précaire qui court vers la libéralisation » dit-il.

Pour le secrétaire exécutif du parti de l’ALIAD, Armand Novatin, le modèle du panafricanisme est adapté à l’alliance africaine pour le développement. Pour que l’Afrique puisse atteindre un développement réel, il faudra trouver des mesures qui seront adaptés aux réalités du continent africain. « Apporter des solutions africaines aux problèmes africains» avance-t-il.

Il ajoute également que l’idée est de faire en sorte que chaque citoyen s’investisse au développement de son pays, « notre préoccupation majeure c’est vraiment de mettre en place un organe qui va permettre à tout un chacun de se sentir concerner, et aussi élargir les discussions que le peuple puisse s’approprier des valeurs africaines ».

Le parti a fait un point également sur la situation de la flambée des prix de grande consommation.

Le président de l’ALIAD soutient que ce problème peut se résoudre facilement à deux niveaux.

D’une part, par la réduction des taxes et d’autre part, par le renforcement des contrôles sur le marché burkinabè. Cela s’illustre dans ces propos, « la solution pour que le peuple soit dans les conditions minimales de survie n’est pas extraordinaire.

Il incombe au ministre du commerce de voir avec le département des finances pour qu’ils réduisent les taxes et intensifier le contrôle des prix chez les grossistes et demi grossistes. »

A cet effet, l’alliance africaine pour le développement (ALIAD) prévoit rencontrer le ministre en charge du commerce Harouna Kaboré dans les prochains jours.

Rachid TRAORE (stagiaire)
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Bobo/Éducation : Pas de frais scolaire pour les nouveaux élèves du préscolaire et primaire

REDACTION

Sécurité : Le Burkina Faso acquiert d’équipements et de véhicules de défense turcs

INFOWAKAT

Résultat d’admission au concours professionnel de recrutement d’élèves Inspecteurs de l’enseignement primaire et de l’éducation non formelle (ex Instituteurs Principaux), session 2021.

INFOWAKAT

Résultat d’admission au concours direct de recrutement d’élèves Techniciens supérieurs en génie civil, session 2021.

INFOWAKAT

Résultats d’admission aux concours directs de recrutement d’élèves:

INFOWAKAT

Sécurité : le nouveau commandant de la Force Barkhane chez le président du Faso

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR