23 Mai, 2019 @ 14:05

L’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP) a organisé une conférence de presse ce lundi 29 avril 2019. Les échanges ont porté sur le dialogue politique, les mesures gouvernementales relatives au mouvement des agents des finances, et sur les rumeurs de négociation du chef de l’Etat avec les djihadistes.

Clément Sawadogo

L’APMP se dit « surprise » par les conditions que l’opposition a exigé concernant sa participation au dialogue politique annoncé. D’ailleurs elle s’interroge sur sa « réelle volonté de participation à la discussion ». Pour Clément SAWADOGO, deuxième vice président et coordonnateur de l’APMP, le CFOP pose le problème de la compétence du dialogue et de ses modalités de mise en œuvre. Mais « il n’y a pas au Burkina une crise d’institution pour qu’on envisage ce type de schéma. C’est un dialogue politique normal prévu par la constitution, encadré par les lois et cela nous suffit largement pour améliorer les situations que nous connaissons dans notre pays » explique t’il.

Quant aux mesures gouvernementales prises pour stopper le mouvement d’humeur des financiers, l’APMP assure « maitriser » ses incidences. Pour preuve, « le précédent fond commun est passé de plus de 55 milliards à moins de 20 milliards de FCFA ». A en croire Clément SAWADOGO, c’était un mouvement illégal. Cependant, « la loi qui régit la grève au Burkina est complètement désuète et les éléments qui permettent de le sanctionner n’existent pas ».  L’APMP interpelle donc le Gouvernement et l’assemblée à travailler afin de « promouvoir une nouvelle législation sur la situation de la grève ».

Pour ce qui concerne les révélations faites par Africa Intelligence sur les négociations supposées avec les djihadistes, l’APMP s’aligne sur le démenti du gouvernement, et souligne que le journal en question parle seulement de « possibles intermédiaires et non de djihadistes ». En plus selon M. SAWADOGO il ne donne pas les détails sur le contenu et ni déroulement des supposés échanges. D’ailleurs, «la ligne de conduite du président du Faso a toujours été le refus catégorique de toute compromission avec les forces du mal ». «  Ils ne vont pas endeuiller notre peuple et qu’au même moment on les appelle à une table de discussion. Ca serait peut être leur donner du temps de s’organiser pour frapper encore plus fort».

Djamila KAMBOU

Infowakat.net

Tags: , ,

0 Comments

Leave a Comment

A LA UNE

LE REPORTER

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

PUBLICITE

NEWSLETTER

FACEBOOK

PUBLICITE

PUB

PUB

Partenaires Media

Infowakat Group SARL

Infowakat

GRATUIT
VOIR