Infowakat
A LA UNE Actualité Burkina Société

Pour l’inclusion de la femme dans la construction de la sécurité et paix, l’Association Development by Young People s’engage.

L’Association Development by Young People (ADYP) en collaboration avec l’ONG Oxfam a organisé, ce samedi 24 octobre 2020 à Ouagadougou, un panel sur la participation des femmes et des filles à la construction de la sécurité et de la paix.

Le panel, selon les organisateurs, s’inscrit dans le cadre de son programme d’activité sur le She4peace. Il vise selon Wilfried Sebgo, coordonnateur de ADYP à << renforcer les connaissances des participants sur les dispositions nationales et internationales qui garantissent et promeuvent la participation des femmes dans les questions de paix et de sécurité>>.

Selon lui, impliquer les femmes à la construction de la paix permet de prendre en compte leurs besoins spécifiques, renforcer la protection de leur droit et mettre en place des mécanismes innovants.

Du point de vue éducationnel, la femme dans nos sociétés est laissée pour compte. Elle est moins scolarisée. Pour Madame Ouattara, paneliste, <<l’homme et la femme sont certes différents, mais ils sont complémentaires>>. Alors, il en va de soit que la femme soit aussi éduquer, car dit-elle, << la femme constitue l’édifice>>.

Elle ne manque pas de rappeler que <<l’écoute, l’amour, la bienveillance et la douceur doivent caractériser la femme, car le foyer, c’est son espace privilégié>> a t-elle dit.

Pour une société de paix durable, madame Ouattara propose qu’il faudrait mettre en place des financements innovants pour la santé des enfants, faire tomber les barrières en facilitant l’accès des femmes aux services financiers.

Ibrahim sawadogo, le deuxième paneliste, lui pointe du doigt le système patriarcale dans nos sociétés, qu’il dit défavoriser la femme quant aux prises de décisions.
Pour lui, la femme est impliquée d’une manière ou d’une autre dans les conflits. <<Elle peut être actrice ou victime>> a -il déclaré.

Il fait remarquer d’abord que les femmes ne sont pas prises en compte dans le programme de gestion de conflits. Pourtant, << les femmes constituent plus de la moitié de la population>> a-t-il constaté. <<Il ne peut donc avoir de développement sans leur implication>> a t-il indiqué.

Afin donc de répondre à ce besoin de participation, Ibrahim sawadogo appelle la gente féminine à se faire former sur les questions de paix et de sécurité.

Pour Wilfried Sebgo, les femmes, parce qu’elles comptent, doivent être inclues dans le processus de résolution de conflits et de consolidation de la paix.

En rappel, ADYP est une association de jeunes qui a pour objectif principal de contribuer à l’édification d’une jeunesse techniquement compétente et politiquement consciente.

Elvis Kabore (stagiaire)
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

COVID19-BF : 79 nouveaux cas confirmés à la date du 30 novembre 2020

INFOWAKAT

Culture: Vers la valorisation des 12 PCA de l’année

REDACTION

Ouagadougou : 3e braquage dans la zone du bois en un mois.

INFOWAKAT

Menaces de mort contre Siriki Dramé : la réaction du CGT-B

INFOWAKAT

Sécurité/Ouagadougou : 22 délinquants arrêtés par la police judiciare en novembre 2020

INFOWAKAT

Résultats d’admission des concours directs, session 2020

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR