A LA UNE Actualité Articles Burkina Procès Putsch

Procès 2015 :  << On n' a pas prouvé que les balles viennent du RSP >>, Me Latif Dabo.

L’audience de ce jeudi 1er août est toujours consacrée à la plaidoirie du général Gilbert Diendéré. Ses avocats affirment qu’il n’y a pas assez de preuves pour condamner leur client, et que l’on a pas pu prouver que les victimes sont décédées des balles du RSP.

<<Est ce qu’on a vérifié dans quelle situation ces 14 personnes sont décédées. On a pas fait l’effort de prouver que le général a porté une arme et tirer sur des personnes>>, indique maître Matthieu Somé.

Pour ce dernier, les éléments constitutifs doivent être établis et on doit se convaincre de l’intention coupable en analysant les éléments.

<< M. le président, quel élément constitutif de l’infraction on vous a montré pour asseoir l’infraction de coups et blessures volontaires ? >>, interroge Matthieu Somé.

Il estime que l’infraction n’est pas constituée car aucun élément n’a été donné. Et pour lui, le meurtre suppose l’intention de commettre le meurtre et un coupable qui a fait une victime connue, chose que le parquet n’a pas pu prouver.

Vu que le parquet n’a pas apporté d’éléments de preuves constitutifs. Il demande donc que Gilbert Diendéré soit acquitté.

<< Si le général avait porté des coups ou tiré une arme de lui même, on l’aurait identifié>>, déclare Me Latif Dabo.

Celui-ci renchérit en disant que aucune pièce dans la procédure n’arrive à identifier l’origine de la balle : << on n’a pas prouvé que les balles viennent du RSP. Comment peut on dire que ces balles sont celles du RSP>>, dit-il.

Le général doit être acquitté selon ses avocats parce ce que les éléments ne sont pas suffisants.

Pour Me Latif Dabo, Gilbert Diendéré n’a menacé aucun élément du RSP pour qu’il pose des actes. On ne peut donc pas l’accuser d’incitation à commettre des actes contraires à la discipline et au règlement. Rien ne corrobore selon Latif Dabo que le général aurait ordonné le renversement du régime. <<Quelle pièce dans la procédure permet de dire que Gilbert Diendéré aurait donné des ordres qu’on bastonne des personnes ? >>.

Les avocats du général pensent que son client peut être accusé de tout sauf de traitrise. Ils s’attellent à le prouver en disant qu’à aucun moment le général ne s’est engagé avec une force armée ennemie de la nation.

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : le CEG de Bonou attaqué par des hommes armés

Infowakat MEDA

Burkina : l’armée démantèle une base terrosriste et abat 15 assaillants

Infowakat MEDA

G5 Sahel : la France venue en toute amitié à Kossyam

Infowakat MEDA

Défense: le président du Faso à la base aérienne 511

INFOWAKAT

Sommet de Pau : « le Burkina Faso qui préside le G5 Sahel, aura un rôle central à jouer » Christophe Bigot

INFOWAKAT

Lutte contre l’insécurité : Trois réseaux de présumés malfrats dans les mailles du CCPO

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR