Actualité Articles Burkina Procès Putsch

Le procès du putsch de septembre 2015 se poursuit à Ouagadougou ce vendredi 30 mars 2018.

Dès le début à 9h, le Tribunal a rendu une décision. Cette décision concerne le mémoire de Me Boncoungou. Celui-ci demandait au Tribunal un renvoi du fait que ledit tribunal n’est pas habilité. Un mémoire que le Tribunal déclare recevable dans la forme. Mais dans le fond, il se déclare incompétent pour prendre cette décision.

En outre, des témoins du parquet et ceux de 2 accusés ont été cité et emmené dans une salle à eux réservée. Les témoins des autres accusés ne sont pas là parce que leurs avocats avaient remis les listes au tribunal, attendant que ce dernier les appelle. Pour le tribunal, c’est aux avocats de le faire eux-mêmes.

A peine la décision rendue et les témoins sortis, Me Boncoungou demande et obtient une suspension d’audience de 30mn pour que la Défense se concerte. La reprise est prévue pour 10h précises.

Au début du procès ce matin du 30 mars 2018, la Défense avait demandé une suspension de 30mn pour se concerter.

À la reprise, Me Boncoungou prend la parole au nom de la Défense. Pour lui, en ce qui concerne la décision sur les témoins, c’est la première fois  »depuis 1994 qu’on nous montre comment faire ». Alors « nous prenons acte », dit-il. Toutefois, poursuit-il, « nous vous demandons de nous accorder un délai ». Il estime qu’il faut au moins 2 mois pour la citation de leurs accusés.

Pour le Parquet militaire, cela n’est pas nécessaire. Et d’ailleurs, estime le Parquet, s’il le faut, le président du Tribunal peut faire venir les accusés. Car, le Parquet confie ne pas douter de l’importance capitale des témoins. Au tour des avocats des parties civiles, Me Farama demande à l’instar de la Défense, une suspension mais de 15mn. C’est pour dit-il, se concerter. C’est alors parti pour une nouvelle suspension de 15mn. Il est 10h23mn.

À la reprise, les avocats des parties civiles s’opposent catégoriquement à la requête de la Défense. Le Tribunal se retire donc pour délibérer.

Arthur Zongo
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Tchad : Mahamat Idriss Deby promet le respect “strict” du délai de la transition

INFOWAKAT

Au Burkina Faso, « le paternalisme, c’est fini » : des milliers de manifestants dénoncent l’influence de la France en Afrique

INFOWAKAT

Communiqué relatif au réaménagement des horaires de travail journalier durant la période allant du 28 janvier au 05 février 2023, à l’occasion du SIAO

INFOWAKAT

Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat reçoit un messager de son homologue tchadien

INFOWAKAT

16e édition du SIAO : faire de l’artisanat un facteur de résilience des populations

INFOWAKAT

« Fini, l’Afrique dominée, place à l’Afrique souveraine et son message : l’Afrique aux Africains ! »

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR