Actualité Burkina Buzz de la semaine Education

Protocole d’accord Gouvernement/CNSE : Le baiser de Judas…

La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) a signé un protocole avec le gouvernement en fin janvier, mettant fin à une crise qui a secoué tout le territoire burkinabè. Aujourd’hui, il semble que la hache de guerre ait été enterrée seulement à moitié dans un camp. Certains crient à la trahison.

Une vue partielle du protocole d’accord

En effet, il ressort qu’un certain nombre d’enseignants constatent des retenues sur leurs salaires pour faits de grève. Evidemment, c’est tout à fait légal du point de vue des textes. Le lambda pensera donc que le gouvernement Paul Kaba Thiéba ne fait qu’appliquer la loi. Mais en fait, la retenue consiste à couper un certain pourcentage du salaire pour compenser les heures de cours sautées à cause de la grève. C’est subtil, certes, mais au contraire, le gouvernement viole peut-être la loi !

Il faut au passage saluer le sens de la responsabilité et l’esprit du devoir que les enseignants ont véhiculés tout au long de la crise. A la suite du protocole d’accord conjointement signé, la Coordination s’engage à rattraper les heures de cours perdues à cause de la grève. Joignant l’acte à la parole, certains enseignants ont fait des cours de rattrapage et d’autres précisent même avoir rattrapé les évaluations. C’est toujours dans cette optique que les congés de Pâques se sont vus abrégés. Alors que la CNSE respecte sa part du contrat, pourquoi le gouvernement lui, n’en fait pas autant ? De facto, vu que les cours sautés sont rattrapés, il n’y a plus lieu de faire des retenues de salaire. Oui, probablement, certains canards boiteux sont toujours en retard, mais du moment où ils ont promis de se rattraper, ils méritent au moins le bénéfice du doute. Si à la fin de l’année, ils n’ont pas pu rattraper leur retard, que la loi s’applique !

Supposons un instant que ceux dont le salaire est haché se rattrapent et terminent l’année en beauté. L’Etat les remboursera-t-il ? Vu le préjudice déjà subi, l’Etat leur paiera-t-il dommages et intérêts ? Cela m’étonnerait beaucoup. Toutefois, si les autorités vont procéder à un éventuel remboursement, connaissant les lourdeurs administratives et la ‘’mauvaise foi’’, ça durera une éternité de sorte même que la victime abandonne. En outre, selon des sources de l’Education, les retenues se font « au hasard ». Ainsi, certains ayant fait la grève seront frappés de ces retenues et d’autres épargnés. Et pire, certains même n’ayant pas pris part à la grève pourraient se voir frappés également. Où est donc la Justice ? On ne peut pas agir ainsi à l’aveuglette ! Soit tous les coupables sont punis, soit personne ne l’est, surtout pas des innocents ! A moins qu’il ne s’agisse d’une répression ou d’une vengeance… Allez savoir.

En attendant que le responsable de l’Education se prononce, l’Etat devrait donc éviter de poser des actions qu’il n’assumera pas jusqu’au bout. Autrement, dans une période où son blason a besoin d’être redoré, cela n’aide pas.

Arthur Zongo

Infowakat.net

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : Le président nigerien en visite de travail pour 48h

INFOWAKAT

Burkina : Le syndicat des transporteurs dénonce le transport de passagers aux frontières via les véhicules personnels

INFOWAKAT

Bobo Dioulasso : Des convois de nigériens bloqués par le syndicat des transporteurs à la frontière

INFOWAKAT

L’actualité de la semaine du 11 au 17 octobre 2021, en bref

INFOWAKAT

Résultat d’admission du concours professionnel de recrutement d’élèves Contrôleurs des eaux et forêts, session 2021.

INFOWAKAT

Coopération Burkina Faso/Niger : Le président Bazoum à Ouagadougou

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR