A LA UNE Actualité Articles Burkina Politique Société

Réélection de Rock Kaboré : Les citoyens expriment leurs attentes

A l’issue des élections du 22 novembre 2020, le président sortant Rock Kaboré est réélu pour un second mandat de cinq ans au premier tour, avec 57,87% des voix. En attendant la confirmation des résultats par le conseil constitutionnel, nous avons tendu le micro à la population. Au fil des rues, échanges avec quelques citoyens sur la réélection du président, dont ils font ressortir leurs attentes. À la quasi-unanimité, les personnes interrogées ont souligné la question de sécurité.

 

Moussa Kaba, comptable dans une institution de prévoyance sociale (Le gouvernement doit tenir compte de la jeunesse, lutter contre la corruption et l’insécurité)
« Nous pensons que le gouvernement qui va être mise en place, va vraiment tenir compte de la jeunesse en créant des emplois pour eux. Un gouvernement qui va lutter contre la corruption. L’exemple le plus poignant est le test de recrutement au sein de la CNSS qui était émaillé de fraude et nous voulons l’annulation de ce test pour donner la chance à tout le monde. L’Etat doit également se pencher sur le licenciement arbitraire dans les services privés. Décourager les employeurs qui mettent fin au contrat des travailleurs sans aucun droit. Il devra travailler à ramener la sécurité au Burkina Faso. Et puis, il faut des apports ou de fonds pour accompagner nos vaillantes femmes qui, à partir de 4 heures du matin se rendent dans les rues, aux marchés à la recherche du bien-être familiale. Ces femmes ont besoin de moyens pour exercer les activités rémunératrices. Généralement, elles ont trois à cinq enfants à leur charge et ce n’est pas facile. Et dès lors que les enfants commencent à faire la 6ème, le peu de moyens qu’elles ont ne suffisent pas. Il faut qu’il ait des accompagnements pour pouvoir faire face à cela ».

Limata OUEDRAOGO

Limata Ouédraogo, ménagère (Nous ne pouvons pas porter nos voix pour sa réélection et il va nous donner le dos)
« Nous avons suivi avec beaucoup d’attention les élections couplées de 2020. J’ai moi-même effectué mon droit de vote. Nous avons nos attentes en tant que femme parce que nous sommes mères et nous avons des enfants qui aspirent s’insérer dans cette société. D’ores et déjà, je vais demander au président de s’écarter de tous les faux types qui sont autours de lui. Parce que Rock en tant que tel n’a pas de problème. Mais ceux qui sont dernières lui constituent son véritable problème. Aujourd’hui, nous voulons que nos enfants réussissent et s’il se fait entourer par des corrompus et bafouiller l’avenir de nos enfants, en tout cas, on ne va pas accepter. Nous n’allons plus accepter souffrir et nos enfants aussi. Nous ne pouvons pas porter nos voix pour qu’il soit réélu et au lendemain de sa réussite, il nous tourne le dos. Il n’a qu’à voir comment il va aider la jeunesse à s’insérer dans la société. C’est tout ce que j’ai à dire ».

 

Edgar KABORE

Edgar Kaboré travailleur à Dori (Il faut plus de sécurité au Burkina, chacun veut repartir chez lui)

« Les élections se sont bien passées dans l’ensemble compte tenu du contexte sécuritaire et la crise sanitaire. Étant dans une zone rouge, nous félicitons la CENI par rapport à l’organisation parce que ce n’est pas simple vu le contexte. On ne s’attendait pas à ce qu’on organise les élections même s’il y a eu des bureaux de vote qui ont été annulés dans les zones rouges. Pour ce qui est notre attente, nous attendons de lui de miser sur le côté sécuritaire et de mettre tous les moyens afin que les burkinabé qui sont actuellement dans les sites d’accueil puissent repartir ceux eux. Chacun veut repartir chez lui, dans son domicile. Mais hélas ! Plus de sécurité, plus de sécurité au Burkina et qu’il travaille pour que la paix revienne au pays ».

Oumarou OUEDRAOGO

Oumarou Ouédraogo, fonctionnaire de l’administration publique (Aucun développement n’est possible, dans l’insécurité)
« Il y a eu des efforts dans l’organisation des élections compte tenu de la situation sécuritaire qui est difficile. Ce qui m’a marqué historiquement, c’est la première fois que les élections ont été réalisées et on a pu impliquer les votes de la diaspora. Et là, c’est quelque chose de nouveau et appréciable. Si les Burkinabè se trouvent ailleurs et arrivent à prendre part aux élections ça veut dire qu’il y a des soucis de prendre en compte tous les Burkinabè. C’est quelque chose à saluer. Des imperfections ont été soulignées mais si n’est pas intentionnel, on peut s’en passer. Tout travail humain ne peut pas être parfait, il y a toujours des écueils.
Comme tout bon Burkinabè, nous attendons que le président travail pour tous les Burkinabè. Et moi personnellement, je veux qu’il mette l’accent sur le développement économique et social. J’entends par là qu’on facilite la mobilité sociale à travers des voies d’accès. Qu’il prenne en compte les questions éducatives et de santé. Que tous les Burkinabè puissent être considérés aux mêmes pieds d’égalité. Le côté spécifique c’est de mettre l’accent sur les questions de sécurité. Il y a eu des efforts qui ont été faits à ce niveau mais il faut reconnaître que jusqu’à présent ce n’est pas suffisant. C’est une question assez centrale et je pense qu’il va falloir mettre suffisamment d’accent avec les moyens qu’il faut et de façon participative pour pouvoir faire face efficacement au problème de sécurité. La question de développement dont on parle tant, si la sécurité n’est pas assurée, on aura toujours des soucis et cela va créer des blocages. Aujourd’hui si je dois aller travailler à Déou ou à Oursi, c’est compliqué. Avec ce qu’on connaît, c’est difficile que quelqu’un accepte partir facilement là-bas de peur ou de psychose. C’est assez complexe ! Il faut trouver des rudiments pour faire face à la question sécuritaire, permettant aux Burkinabè de dormir sans problèmes, sans crainte et de pourvoir travailler. C’est ce qui va nous permettre d’avancer ».

 

Youssouf KABDAOGO
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Régulation du secteur de l’énergie : « Il y a eu moins de délestages en 2019 », selon le rapport d’activités de l’ARSE

INFOWAKAT

Société : “Le divorce n’est jamais une solution, mais toujours une destruction selon J.B. Kaboré conseiller conjugal

INFOWAKAT

Rapport de la Cour des comptes 2019 : Des dysfonctionnements relevés dans la gestion des collectivités territoriales

INFOWAKAT

Nahouri : 04 personnes tuées dans une explosion

INFOWAKAT

Burkina : la police nationale saisie plus de 3,5 millions FCFA de faux billets

INFOWAKAT

Covid19-BF : 05 nouveaux décès et 65 nouveaux cas à la date du24 janvier 2021

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR