Actualité Burkina Société

Remplacement de Pingrénoma Zagré par Oumarou SADOU : Des Ouagalais s’expriment

Chaque année, les fêtes de fin d’année connaissent une mobilisation sans précédent. Le Burkina Faso a, cette année, essuyé beaucoup d’attaques terroristes qui ont endeuillé plusieurs familles. A savoir si ces attaques récurrentes peuvent freiner la mobilisation des populations pour les fêtes de fin d’année, infowakat.net a promené notre micro chez des citoyens vivant dans la capitale pour avoir leurs impressions. Actualité oblige, la nomination du nouveau Chef D’Etat-Major général des Armées (CEMGA) en remplacement du général (Gal) Pingrénoma Zagré a suscité des réactions chez certaines personnes. Nous vous proposons certaines réactions.

Amado Augustin Savadogo, professeur de français « … peut être que le Gal Pingrenoma Zagré sera appelé à d’autres fonctions »

Amado Augustin Savadogo, professeur de français

Depuis un certain temps le Burkina Faso connait de multiples attaques terroristes, ce qui est vraiment dommage. Mais à savoir si c’est attaques auront un impact sur la mobilisation des populations pour les fêtes de fin d’année, il faut dire que lorsque l’on fête dans une situation d’insécurité, ça fait peur. Mais le Burkinabè est un homme fort et il doit mettre l’insécurité liée au terrorisme dans sa vie et  faire la fête avec, espérant que ces attaques ne vont pas baisser en lui cette vigueur, cet engouement voire ce Burkindlim qu’il avait en lui. Je pense que les attaques  terroristes n’auront pas d’impact sur les fêtes de fin d’année parce qu’au Burkina Faso nous avons une philosophie qui dit que « on vit pour la patrie et on se bat pour la patrie ». Et au nom de notre patrie nous serons fiers et nous ferons tout, même s’il y a des attaques, à contrer ces attaques. Ces attaques n’impacterons pas les fêtes de fin d’année, au contraire, à cause de ces attaques, les Burkinabè vont se préparer pour parer à toute éventuelle attaque.

En ce qui concerne la nomination du nouveau chef d’Etat-major général des armées (CEMGA) en remplacement au général Pingrenoma Zagré, nous avons appris la nouvelle avec surprise parce que le général Pingrénoma Zagré à travailler avec  la Transition et a aussi travaillé avec le gouvernement Thièba pendant un bout de temps. Mais je pense que le président du Faso est un homme avisé. Il sait tout ce qu’il fait et s’il a nommé un nouveau chef d’Etat-major général des armées en remplacement de Pingrenoma Zagré, peut être que ce dernier sera appelé à d’autres fonctions. On a tous appris qu’on a nommé un nouveau CEMGA,  mais on attend de voir la suite qui est réservée au Gal Pingrenoma Zagré. A mon avis ce n’est pas à cause des attaques qu’il a été remplacé mais peut-être pour assurer d’autres fonctions. Pour le problème des attaques, il y a des pays plus grands et plus puissants que le Burkina Faso qui connaissent des attaques. Ces pays ont des généraux et une armée très forte mais ne peuvent pas échapper aux attaques. Si c’est à cause des attaques qu’ils ont nommé un autre CEMGA, je pense que ce n’est pas la solution. La solution c’est de chercher à résoudre le problème en travaillant avec les Burkinabè parce que le général seul ne peut pas résoudre ce problème.

Steeve ZAMPALIGRE, porte-parole de la coalition nationale des OSC du Burkina Faso : « Nous attendons le nouveau CEMGA au pied du mur »

Steeve ZAMPALIGRE, porte-parole de la coalition nationale des OSC du Burkina Faso

Je ne pense pas que les questions sécuritaires de cette année pourront impacter les fêtes de fin d’année parce que j’ai confiance à notre armée, j’ai confiance à nos hommes, j’ai confiance à leur patriotisme.

En ce qui concerne la nomination du nouveau CEMGA en remplacement du Gal Pingrénoma Zagré, je voudrais vous dire que nous attendons ce nouveau au pied du mur. Seul le changement du CEMGA n’arrange pas le problème de l’armée. Nous avons besoin d’une armée compétente ; nous avons besoin d’une armée où tout le monde, main dans la main, puisse faire quelque chose. Donc ce n’est pas le changement d’un CEMGA qui peut changer quelque chose dans les questions sécuritaires.

Salfo Kafando, de la sécurité privée « La nomination du nouveau CEMGA est venue un peu tard »

Concernant la mobilisation pour la fête, je suis rassurer que ces attaques n’auront aucun impact sur la vie des populations parce que nous sentons que toutes les forces de l’ordre sont mobilisées et la police est un peu partout dans la rue pour sécuriser la circulation. Toutes les rues sont sécurisées et je me dis qu’en ce qui concerne la sécurité, la population ne devrait pas s’inquiéter.

En ce qui concerne la nomination d’un nouveau CEMGA, je me dis que cette nomination est venue un peu tard. A mon avis, l’on ne devrait pas attendre à ce que les attaques se répètent avant de revenir au changement. J’ai constaté que suite à la dernière attaque il y a eu beaucoup de réactions au niveau de la population civile. Après l’armée, les civils étaient aussi complètement frustrés. On se pose la question à savoir où va cette insécurité ? Tout le monde voudrait le changement mais le changement devrait se faire avant que cette dernière attaque en date ne survienne. La question sécuritaire doit impliquer tout le monde car si la population collabore avec les forces de l’ordre, on pourra éviter ces attaques.

Soumaila Sawadogo, membre de l’Association jeunesse sans frontière, amitié et protection (AJUFA), « qu’il va mieux s’organiser pour qu’on n’amène pas à chaque fois nos militaires à l’abattoir ».

Soumaila Sawadogo, membre de l’AJUFA

Pour moi, les populations sont plus affectées par le phénomène de crise. Certains peinent à joindre les deux bouts. Il y a des personnes qui ne savent pas qu’il y a une fête qui arrive. La fête n’est pas la chose qui les préoccupe le plus. C’est comment faire en sorte que la famille puisse avoir quelque chose pour pouvoir tenir qui les préoccupe plus. La fête vient s’ajouter et ceux qui peuvent la faire, la feront. Mais en même temps certains la font avec plus de prudence, avec des engouements beaucoup moins risqués au regard du contexte actuel qui est international et qui n’est pas propre seulement au Burkina Faso. Plus ça frappe au Burkina Faso, plus ça frappe dans les pays qui nous soutiennent et qui sont beaucoup plus développés que nous et qui ont plus de bagages de contrôle. C’est dire que c’est un problème international. C’est à nous de de nous y mettre, aux populations surtout d’être plus contributives pour qu’ensemble l’on puisse lutter contre cela. L’Etat seul, même s’il met toute l’ armée du monde au service du Burkina Faso pour combattre le terrorisme, ne pourra pas le faire seul si les populations elles-mêmes ne contribuent pas. Si non, même si l’Etat met 50 généraux à la tête du Burkina Faso, et si la population ne contribue pas c’est négatif.

De la nomination du nouveau CEMGA, c’est un bon signe pour moi parce qu’on a besoin un peu de changement dans les  choses. Quelque part il y a des populations qui pensent que celui qui était là ne fait pas trop leur affaire. Chacun à sa vision des choses mais en ce qui me concerne, je pense que, comme c’est un homme de carrière et de métiers, et qui sait un peu ce que c’est que ce domaine, je pense qu’il va peut-être mettre les moyens et les techniques qu’il faut pour qu’on ait plus de résultats. Je pense qu’il va mieux s’organiser pour qu’on n’amène pas à chaque fois nos militaires à l’abattoir.

Armand Kinda 

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Fatimata SANOU/TOURE nommé Médiateur du Faso

INFOWAKAT

Sécurité au Burkina : De nombreux Ouagavillois approuvent la présence des chefs militaires sur le terrain des opérations !

INFOWAKAT

Concours de police municipale : les résultats d’admission

INFOWAKAT

Concours direct de recrutement de 70 élèves greffes : Appel de la liste d’attente

INFOWAKAT

Concours direct de recrutement de 30 élèves Secrétaires des greffes et parquets : Appel de la liste d’attente

INFOWAKAT

Situation nationale : “la pluie nous frappe, nous également on se frappe. Ce n’est pas intéressant”Tahirou Simboro du MPP

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR