Actualité

RENLAC : trois œuvres pour mieux découvrir la Corruption au Burkina Faso

Présentation au public de trois rapports d’études de la corruption au Burkina Faso. Le secteur minier, le secteur de douanes visitées par les enquêteurs du Réseau National de lutte anti-corruption (RENLAC).
 
Pour venir à bout d’un fléau il faut le connaitre et ensuite affiner sa stratégie pour le combattre. Ce message, le Réseau National de Lutte Anti-Corruption (RENLAC)  l’a compris. Pour mieux connaitre la corruption, le motif de son existence, le réseau a commandité des enquêtes pour d’une part s’enquérir des valeurs morales, éthiques et civiques dans le cadre de la lutte contre la corruption au Burkina, les perceptions et présomptions de la corruption dans le secteur minier au Burkina, les perceptions et présomptions de la corruption dans le secteur de douane. Une investigation qui a donné naissance à trois œuvres portant respectivement ses différents noms.
 
Que retenir de chaque document présenté ?
 
 
Les perceptions et présomptions de la corruption dans le secteur des douanes
Le dernier rapport de 77 pages avait pour domaine d’étude les services de douanes au Burkina. C’est le secteur reconnu être le plus corrompu par la plupart des enquêtés même si son personnel se résigne à protester contre cette perception. Le train de vie des agents hors de commun, le contact permanent avec l’argent et le contact des importateurs et autres opérateurs économiques véreux  pourraient bien justifier le rang de la douane à la première place de la perception de la corruption par les différents enquêtés. C’est l’occasion pour le RENLAC de dresser un certain nombre de recommandation pour redorer le blason de la douane : introduction au parlement d’une loi anti-corruption de façon à prévenir et à réprimer les actes de corruption, la prise de mesures idoines pour limiter les interventions de la hiérarchie et des hommes politiques ou influents dans les procédures de dédouanement, la prise de mesures pour instaurer un appel à candidature pour le recrutement des directeurs généraux des douanes en tenant compte des critères de compétences et de probité par des enquêtes de moralité. A ces recommandations, le RENLAC propose la veille pour le respect strict de la rotation de 03 ans dans les affectations et la prise de mesures pour instaurer un système d’affectation transparent et débarrassé  de tout calcul clientéliste. 
 
Les perceptions et présomptions de la corruption dans le secteur minier au Burkina
Ce rapport de 113 pages fait un aperçu de la situation qui prévaut dans le secteur minier au Burkina Faso. Il y ressort que le Burkina dispose d’énormes gisements, mais paradoxalement le pays peine à décoller économiquement.  Ainsi, l’impact attendu de l’exploitation minière sur l’économie du pays et sur les populations locales est peu perceptible. Selon le secrétaire général, « les exploitations minières industrielles qui sont aux mains des investisseurs, sont à forte intensité de capitaux mais génèrent peu de revenus et d’emplois au pays ».  Toujours selon le rapport, « on peut conclure au vu des faits et des constatations que la corruption dans le secteur minier au Burkina Faso,  loin d’être une probabilité, est une réalité. En effet, à en croire les résultats de l’enquête, 85% des enquêtés et certains faits cités dans ce document, la corruption est une pratique qui existe bel et bien dans le secteur minier au Burkina. Elle se pratique ou s’exprime à travers des canaux dont les principaux sont l’attribution et la gestion des autorisations et titres miniers ». 
 
Valeurs morales, éthiques et civiques dans le cadre de la lutte contre la corruption au Burkina
C’est un document de 253 pages qui présente une analyse de la problématique des valeurs et de la corruption et un recueil d’opinions de différents acteurs. L’étude met en évidence la perte des valeurs qui caractérise la population burkinabè. Pour Claude WETTA, secrétaire général du RENLAC, « L’argent, roi tend manifestement à imposer sa loi à tout et à tous. Le résultat perceptible de l’évolution des valeurs traditionnelles, c’est une remise en cause de l’idéal de l’intégrité qui recule face au développement spectaculaire de la corruption que nombre situent à partir des années 1990 ». Devant cette crise de la vertu cardinale du peuple burkinabè qu’est l’intégrité, il a souligné la nécessité pour le pays d’introduire un module d’enseignement centré sur les valeurs morales et civiques et la lutte contre la corruption.
 
La population invitée à s’imprégner du contenu des différents rapports
Séance tenante, le secrétaire exécutif a distribué les rapports à certains partenaires et invité les populations à les parcourir pour mieux s’imprégner de leur contenu. Il a par ailleurs exprimé sa reconnaissance à l’ambassade royale du Danemark, l’ambassade de la France, la coopération suisse, la coopération allemande à travers la KFW, l’ONG Diakonia, le PNUD et le projet de renforcement de la gouvernance politique (PRGP) par qui ces différents documents ont vu le jour.
 
infofaso.net
Rufin BATIONO

ARTICLES SIMILAIRES

Mali : Une affaire d’uniforme de mariage divise un couple

REDACTION

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Mali: l’armée française tue une femme pendant une poursuite

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR