A LA UNE Actualité Burkina

Reprise de la gestion du fret par le gouvernement : « c’est une réforme pour défendre l’intérêt général » Vincent Dabilgou

Le ministre en charge des Transports, Vincent Dabilgou est monté au créneau ce 13 octobre 2020 pour expliquer les tenants et aboutissants de l’arrêté actant la reprise de la gestion du fret par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC). Un arrêté dont la signature crée des tensions entre les acteurs du transport et le ministère de tutelle. Face à la presse, Vincent Dabilgou indique que cette décision est une réforme engagée pour l’intérêt général. De celui des petits, moyens et gros transporteurs.

C’est un ministre en charge de transports qui a voulu préciser que cette séance d’explication n’est pas une réponse à la conférence de presse de la Faitière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB) tenue la veille 12 octobre 2020 qui s’est expliqué à la presse.
L’arrêté qui vient rétrocéder la gestion du fret au CBC comme avant 1996 intervient parce que la création de la faitière unique des transporteurs pose problème, s’est justifié Vincent Dabilgou. Il s’agit d’une instruction gouvernementale pour mettre fin aux divisions entre les acteurs du transport. « Le décret permet de défendre l’intérêt général ».
Pour lui, il est à cet effet une réponse aux conflits d’intérêt entre deux associations des transporteurs alors que le gouvernement dans sa réforme du secteur des transports dit avoir besoin d’un interlocuteur qui doit être une faitière unique des transporteurs. « Nous avons mis deux ans pour créer une faitière unique » se remémore Vincent Dabilgou. Mais à la suite de cette faitière unique qu’est la FUTRB, le haut conseil des transporteurs du Burkina est né, rebattant les cartes.

Pourtant, la gestion du fret avait été confié sous l’impulsion des recommandations de la Banque mondiale, après 1996 à l’Organisation des transporteurs du Faso (OTRAF) qui s’est transformée en FUTRB. Mais depuis 2015, les problèmes sont récurrents dans la gestion du fret du fait de mauvaise gouvernance des acteurs, pointe du doigt Vincent Dabilgou.

Une mise en garde à l’endroit des transporteurs

Le ministre des transports reconnait à ce stade que la décision de reprise de la gestion du fret par le gouvernement est une réforme qui va créer des mécontents mais il n’est pas question de remettre en cause l’arrêté interministériel. Face aux présentes tractations, ce dernier est formel. « Si bras de fer il y a, force doit rester à la loi » a prévenu Vincent Dabilgou. De ses explications, le gouvernement ne pourrait pas tolérer une grève en ce moment et si les chauffeurs doivent grever ils devront rester dans les camions. Il n’est pas question de bloquer les corridors ».
Néanmoins, il se dit prêt à prendre en compte les recommandations de ces acteurs pour l’amélioration du contenu de l’arrêté interministériel sur la gestion du fret si « toutefois elles ne remettent pas en cause l’arrêté. »

 

Maryam Ouédraogo

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Législatures au Burkina : de Arsène Yé Bongnéssan à Alassane Bala Sakandé

INFOWAKAT

Ministère des mines : Des irrégularités décelées dans la gestion des finances publiques de 2018

INFOWAKAT

Nécrologie : Bila Charles KABORE père du président du Faso n’est plus

INFOWAKAT

Sahel : Un missionnaire américain enlevé au Niger

INFOWAKAT

Pour l’inclusion de la femme dans la construction de la sécurité et paix, l’Association Development by Young People s’engage.

INFOWAKAT

Maouloud 2020 : la journée du 29 octobre déclarée chômée et payée

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR