23 Mai, 2019 @ 11:31

C’est connu, le panam mooré est de moins en moins prisé aussi bien du côté féminin que masculin. Si certains hommes préfèrent encore les cheveux au naturel, d’autres par contre sont attirés par les femmes coiffées aux mèches car les trouvant plus stylées. Et à en croire certaines femmes le second argument avancé serait la principale cause de cette ruée vers les mèches et toutes les batteries de soins qui vont avec. D’autres femmes font recourent aux mèches parce qu’elles permettent de cacher les « imperfections aussi bien des cheveux que la forme de la tête ».

Dans un précédent écrit nous parlions de quelques effets du port des mèches sur la santé du cuir chevelu des femmes. Aujourd’hui il sera question des conséquences du défrisage.

Préalable ou condition obligatoire avant de se faire coudre les mèches sur la tête, le défrisage régulier et répété des cheveux constitue la principale source d’alopécie (perte de cheveux).

Alopécie

Défriser affaibli les follicules, et serait même source de certains cancers quand on sait que ces produits contiennent de la soude, et des perturbateurs endocriniens. Quelques études démontrent que le défrisant ne provoque (pas encore) ni cancer du sein, ni accouchement prématuré. Mais  Un article publié dans l’American Journal of Epidemiology alerte depuis 2012 que le défrisant provoquerait des fibromes utérins.  Il provoquerait également une puberté précoce et problèmes urinaires. Cela serait dû aux composants œstrogéniques contenus dans les défrisants, qui interfèrent avec le système hormonal. D’où la recommandation des médecins d’attendre le plus tard possible pour procéder au premier défrisage.

Pire les sociétés cosmétiques ne sont pas obligées de fournir les détails sur les composants de leurs produits sous prétexte de garder le secret de fabrication.

Selon le figaro santé « il est important de démêler, brosser, sécher et coiffer sans agresser la fibre capillaire et le cuir chevelu ». De plus un nettoyage  régulier « des peignes, brosses, et le choix d’un champoing doux contenant moins de détergent s’impose ». Le choix du shampoing ne doit pas se faire aussi à la légère. Ce dernier doit être adapté en cas de déséquilibre du cuir chevelu : cheveux gras, cheveux secs et cassants ou pellicules.

NAPPY (Natural and happy): une revolution?                      

Depuis ces dernières années l’on constate l’apparition du concept de cheveux nappy qui d’ailleurs prend de plus en plus d’ampleurs. Une nappy désigne « une femme d’origine africaine ayant une texture afro crépus et qui souhaite arrêter l’utilisation de produits chimiques qui modifient la nature de ces cheveux avec un défrisage, ou toutes autres techniques qui rends lisse ou changent de manière définitive la forme de ses cheveux ».

Les cheveux nappy permettent donc de revenir à un cheveu afro à l’état naturel, non défrisé et non lissé. Et de plus en plus de salons de coiffure se spécialisent en la matière.

Les raisons de ce retour au naturel ne manquent pas : avoir des cheveux tout beaux et naturels, des cheveux en meilleure santé, plus volumineux, et bénéficier de la versatilité de ses cheveux avec lesquels on peut tout faire.

Tout cela est bien beau mais comment entretenir ses cheveux naturellement ?

Entretenir ses nappy

Pour garder ses cheveux nappy en bonne santé il est important de ne pas négliger l’importance de suivre une routine capillaire adaptée car bien souvent les cheveux afro souffrent de cassures à cause d’un manque d’apport en nutriments et en hydratation. A ce propos, l’adoption d’une alimentation variée et équilibrée, riches en fruits et légumes frais, sources de protéines maigres et d’acides gras est essentielle. Il faut savoir gérer le stress car il constitue l’un des principaux facteurs de vieillissement du cheveu.

Selon Stéphanie DABIRA, Burkinabè et blogeuse mode le « masque de cheveux » semble être une solution plus directe. Elle « conseille le beurre de karité et le masque à l’avocat ».

Après les avoir appliqué il faut « couvrir les cheveux avec une serviette chaude, laissez reposer une quinzaine de minute et après les laver au shampoing ».  Le beurre de cacao et les huiles comme l’amande douce et surtout l’huile de ricin qui participe beaucoup à l’entretien du cuir chevelu ne sont pas à négliger, ajoute notre blogueuse.

Et à l’esthéticienne de BENA Coiffure de continuer sur cette lancée. « Les huiles d’olive, de cannabis et de chanvre aussi sont utilisée. Réduire l’utilisation des mèches, le défrisage, et faire les coiffures adaptées aux cheveux sont aussi recommandés ».

Cependant « les cheveux nappy ne sont pas faciles à entretenir car les soins sont chers, et il faut les bons produits. Un produit peut coûter 15 milles francs. En plus la coiffure ne dure pas à cause de la poussière et du soleil quand on sait que les cheveux doivent restés hydratés » a-t-elle ajouté. D’ailleurs il semblerait que ce qui rebute plus d’une c’est justement l’aspect économique lié à l’entretien de ces cheveux nappy.

Il est vrai que ce n’est pas donné à tout le monde de débourser 15 milles francs pour entretenir ses propres cheveux. Mais entre dépenser 80 milles francs dans des mèches humaines et 15 milles francs pour la beauté et la santé de ses propres cheveux que faut-il faire?

Cependant comme le dit l’adage « il faut apprendre à s’adapter à l’époque dans laquelle on vit, vivre avec les choses de son temps » mais le plus important c’est de préserver sa santé.

Djamila KAMBOU

Infowakat.net

Tags: , ,

1 Comment

Assotom Richard 23 janvier 2019 at 7 h 58 min

Merci beaucoup. Je manque de mots pour vous dire merci. Il faut dire que l’Africain lui-même est maudit !!! comment on peut laisser ce que Dieu nous a donné de naturel pour se fier à des faussetés d’apparence qui ont des conséquences néfastes sur notre corps !!!!

Leave a Comment

A LA UNE

LE REPORTER

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

PUBLICITE

NEWSLETTER

FACEBOOK

PUBLICITE

PUB

PUB

Partenaires Media

Infowakat Group SARL

Infowakat

GRATUIT
VOIR