Actualité Burkina Santé

Santé de la reproduction : L’Association SOS/JD vole au secours des jeunes et adolescents du Burkina Faso

L’Association SOS/Jeunesse et Défis en collaboration avec le ministère de la santé, organise un atelier de facilitation AFP/SMART du 26 au 28 juillet 2016 à Ouagadougou. Cet atelier a pour but de renforcer les compétences des participants en plaidoyer en vue d‘une meilleure prise en compte des besoins des adolescents et des jeunes dans l’évaluation du plan PF 2013-20156 et dans l’élaboration du future plan d’accélération PF 2016-2020. Des jeunes dont la plupart sont issus d’organisations de jeunesses qui œuvrent dans le domaine de la santé de la reproduction au Burkina Faso.

Célestin Comporé, coordonnateur national de l’Association SOS/Jeunesse et Défis
Célestin Compaoré, coordonnateur national de l’Association SOS/Jeunesse et Défis

La  Santé de la Reproduction (SR) au niveau des jeunes et des adolescents a toujours été fragile. Cette fragilité est quelque peu liée au manque de sensibilisation régulière dans ce domaine. Pour permettre aux jeunes et adolescents de mieux cerner l’impact de cette SR dans leurs vies, un atelier de facilitation AFP/SMART a été organisé en leur faveur. Cet atelier s’inscrit dans la perspective de développer un plan de plaidoyer focalisé sur la prise en compte des besoins des adolescents et des jeunes dans l’environnement politique en matière de Planification familiale (PF). L’objectif de cet atelier à en croire Célestin  Compaoré, coordonnateur national de SOS/Jeunesse et Défis, est de former et de renforcer les capacités des jeunes du groupe technique SR en technique de plaidoyer afin qu’ « ils puissent élaborer un plan d’action pour la prise en compte des besoins spécifiques des jeunes dans l’évaluation du plan de relance de la planification familiale du Burkina Faso 2013-2015 et à proposer des activités à haut impactes dans le plan d’accélération de la PF du Burkina Faso 2016-2020 » en cours d’élaboration.


Famille ssrPourquoi renforcer les capacités des jeunes en matière de SR ?

Etant-donné que l’organisation est à la phase d’évaluation du plan PF 2016-2020, « il s’avère important, selon Célestin Compaoré, de renforcer les capacités des jeunes, de travailler auprès du ministère de la santé pour la prise en compte de ces besoins spécifiques des jeunes en vue d’améliorer l’accès des jeunes à la santé sexuelle et reproductive, non seulement à travers l’évaluation mais aussi à travers le future plan de relance de la planification familiale du Burkina Faso pour la période 2016-2020 ». Cela vans sans dire que les jeunes eux même doivent être les acteurs compétents à faciliter leurs propres accès aux services de santé sexuelle et reproductive du Burkina Faso.

A l’ouverture de cet atelier, Issaka Compaoré de la Direction de la Santé et de la Famille et du Service

Issaka Compaoré, de la Direction de la Santé et de la Famille
Issaka Compaoré, de la Direction de la Santé et de la Famille

santé Adolescents et Jeunes au ministère de la santé, a laissé entendre que beaucoup d’activités sont menées au niveau du ministère de la Santé en vue de soutenir les jeunes dans la santé de la reproduction. « Il y a déjà des activités habituelles qui concernent les centres jeunes qui sont spécifiquement pour les adolescents et les jeunes. Et même dans les zones où il n’y pas de centre jeunes, il y a ces activités qui existent dans les CSPS », a-t-il confié. Aussi, pense-t-il que les jeunes à cette formation doivent savoir que l’avenir leur appartient, c’est-à-dire qu’ils doivent se battre eux-mêmes pour avoir les outils qu’il faut pour aborder l’avenir. Pour cela, rappelle-t-il aux jeunes, qu’il ne peut avoir des résultats meilleurs que ceux antérieurs que lorsqu’eux-mêmes seront meilleurs. Ainsi, a-t-il signifié que « la vrai pauvreté n’est pas le manque d’argent mais plutôt quand on n’a rien dans la tête ». Pour mieux faciliter l’accès des jeunes et adolescents aux produits qui entrent dans le cadre de la santé de la reproduction, Issaka Compaoré révèle qu’à leur niveau le coût des produits d’urgences a été réduit. Aussi, ajoute-t-il que des numéros verts qui sont des numéros des responsables des jeunes des associations sont disponibles pour les jeunes qui sont dans des problèmes d’urgence.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Les funérailles nationales du président haïtien assassiné Jovenel Moïse

INFOWAKAT

Cérémonie d’ouverture des jeux olympiques Tokyo 2020

INFOWAKAT

Sécurité : La 50ème promotion de la police nationale prête pour servir la nation

INFOWAKAT

Concours de recrutement de 10 notaires, session 202 : Liste des candidats admissibles

INFOWAKAT

Administration présidentielle : le nouveau Secrétaire général installé

INFOWAKAT

Sahel : l’état-major des armées françaises annonce la mort de deux cadres de l’ EIGS

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR