Actualité Société Tribunes

Sécurité alimentaire au Burkina Faso : C’est le sérieux et la confiance qui font défaut

Une interdiction d’importation de poisson tilapia prise par les autorités burkinabè qui se transforme en psychose généralisée. Au Burkina Faso,  c’est que la sécurité alimentaire est loin d’être garantie du fait des mauvaises pratiques des acteurs du domaine. Mais aussi et surtout du fait de l’absence de rigueur  des pouvoirs publics.

La qualité des aliments régulièrement servis au consommateur  au Burkina Faso est à géométrie variable. Mais dans l’ensemble il se pose un problème de certification par rapport à leur qualité réelle. Et la crise actuelle du poisson tilapia n’en est qu’un élément parmi tant d’autres.

Dans la jungle de la consommation publique c’est une intoxication low cost qui  vous guette à chaque coin de rue. Tant il est vrai que les moyens de contrôle sont faibles voire quasi inexistants dans la majeur partie des cas. Ce qui donne lieu à des pratiques mercantilistes d’une rare violence et qui consistent à faire passer la santé du client après le profit.

Du reste depuis l’annonce faite par les autorités pour  tenter de rassurer les populations sur le fait que le virus dont il est question ne se transmettrait pas du poisson à l’homme et que la mesure d’interdiction serait à visée économique, rien n’y fait. Les poissons carpes ne trouvent quasiment plus d’adeptes sur le marché des restaurants.

Les populations, nullement rassurées par la communication du gouvernement, préfèrent trouver des aliments de substitution. En attendant sans doute de voir plus clair dans le dossier.  Les nombreux scandales et  les crises alimentaires à répétition vécus dans le pays depuis de nombreuses années ne sont pas étrangers à cette situation.

Des ‘’cannettes Obouf’’ au ‘’lait ‘’PICOT’’ infecté de Lactalis en passant par les poulets impropres à la consommation… Ce sont des millions d’aliments qui  sont quotidiennement déversés dans le brouhaha des politiques publiques.

Critiqués pour leur inertie supposée dans ces affaires,  pouvoir judiciaire et politique se renvoient mutuellement la balle. Le premier cité affirme pour sa défense être lié par les textes écrits par les seconds. Ce dernier met à son tour en cause l’absence  de volonté de la Justice.

 Jules Simon

infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : Le président nigerien en visite de travail pour 48h

INFOWAKAT

Burkina : Le syndicat des transporteurs dénonce le transport de passagers aux frontières via les véhicules personnels

INFOWAKAT

Bobo Dioulasso : Des convois de nigériens bloqués par le syndicat des transporteurs à la frontière

INFOWAKAT

L’actualité de la semaine du 11 au 17 octobre 2021, en bref

INFOWAKAT

Résultat d’admission du concours professionnel de recrutement d’élèves Contrôleurs des eaux et forêts, session 2021.

INFOWAKAT

Coopération Burkina Faso/Niger : Le président Bazoum à Ouagadougou

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR