Actualité Articles Sécurité Société

Sécurité : la pointe et le sachet noir qui vont vous coûter vos millions

La police nationale vient de mette fin à la cavale d’un réseau de malfrats. Ces malfaiteurs organisé en grosse bande opéraient dans six pays de dont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, le Niger et la Guinée Conakry. Et à ce jour ils ont à leur actif volé plus de 170 millions de francs CFA à leurs victimes. Argent qu’ils blanchissaient en le réinjectant dans des circuits de commerce.

Trois membres de ce réseau ont été présentés à la presse le 21 février 2019 au commissariat central de la ville de Ouagadougou. Tous de nationalité étrangère, ils se sont spécialisés dans le vol d’argent «  à la roulette ». Et leurs cibles sont les usagers de banque qui viennent effectuer de gros retraits.

une vue des butins et des outils servant au vol

Leurs modes opératoires sont nombreux mais avant toute opération, l’étape d’identification est la première. En effet, le groupe se rend à moto et en binôme aux abords des banques. Et selon les explications du commissaire Aimé Bougma « l’un d’entre eux, l’éclaireur, s’introduit dans la banque, comme s’il voulait faire une opération » et en profite pour repérer le gros poisson.

Dès que le marquage est fini, signe est fait au reste du groupe posté dehors. Si la victime est en voiture et que les conditions sont bonnes, « la voiture est piégée au niveau du pneu arrière droit à l’aide d’un morceau de tapette cloutée et emballé dans un sachet noir ». Les bandits suivent la victime qui après avoir constaté la crevaison s’arrête, et c’est en ce moment d’inattention qu’ils  dérobent le sac en prenant la fuite.

Issa Sawadogo, victime de vol

Mais quand les circonstances ne sont pas favorables, la victime ciblée « est filée jusqu’à sa destination où les vitres du véhicule sont cassées et le butin emporté » poursuit le commissaire. Lorsque la victime est à moto, son sac lui est tout simplement arraché à la volée.

Issa Sawadogo, employé de commerce a encore en mémoire le jour où il s’est fait volé. « C’était le jeudi 25 octobre 2018 vers 13h, j’ai quitté le siège de ma banque pour aller à la direction régionale des impôts pour récupérer un papier. Je suis descendu de la route juste quelques instants et à mon retour j’ai trouvé qu’on m’a cassé la vitre avant gauche et l’argent n’y était plus. J’ai demandé aux riverains mais personne ne savait ce qui s’était passé ». Même s’il n’a pas pu récupérer son argent, le fait de savoir que ses bourreaux ont été mis aux arrêts est un soulagement pour lui.

Ange L. Jordan MEDA

infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Région de l’Est : Une quarantaine d’hommes armés abattus, trois capturés dans la Tapoa

INFOWAKAT

Mali : Le président et le vice-président de la Transition ont prêté serment.

INFOWAKAT

Education : des Associations de parents d’élèves aident à construire des classes dans le Nahouri

INFOWAKAT

Diplomatie : Madame Nadieska Navarro Barro, nouvel ambassadeur de Cuba au Burkina Faso

INFOWAKAT

Burkina : Zida annule sa participation au congrès du MPS

INFOWAKAT

France : Attaque à l’arme blanche à Paris

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR