Actualité Articles Burkina Opinion Société

Sécurité : « Naïm TOURE a fait foirer l’enquête » (commissaire Galbané)

Le service régional de la police judiciaire du centre a mis la main sur un réseau de malfrats qui opéraient des vols à mains armées au Burkina. Si certains membres de ce réseau ont pu être arrêtés, les résultats « auraient pu être plus significatifs si l’activiste Naïm TOURE n’avait pas « entrave à l’enquête ».

Tout serait parti du décès d’un membre du groupe de bandits dans les locaux du commissariat de Wemtenga tout juste après ses aveux.

Selon les explications du commissaire Galbané, l’affaire était en cours d’enquête. « Naïm Touré a fait un poste le 18 février qu’un certain BJ est décédé dans nos violons. Nous n’y avons pas accordé d’importance. Et le lendemain 19 février il ajoute : Bonkoungou Joël est mort de suite de bavure et de torture dans nos violons. Les autres membres du groupe qui connaissent Bonkoungou Joël se sont enfuie. Et on sait qu’ils avaient avec eux des armes de guerre ».

« Il n’avait pas le droit de faire un tel post si l’on se réfère au nouveau code pénal en son article 524 alinéa 3. Nous sommes en train de mener des investigations pour savoir d’où l’information a fuité. Si c’est au niveau de la famille ou de notre service nous ne savons pas pour le moment » poursuit le commissaire.

Mais avant cela l’activiste avait publié des informations qui stipulaient que des agents de la police judiciaire procédaient à des raquettes en extorquant « 50 milles francs » aux usagers. «  Nous avons essayé de rentrer en contact avec lui pour voir si réellement il y a eu des raquettes dans notre service, afin que cela ne reste pas impuni. Une fois contacté, et à plusieurs reprises, quand il a compris que nous étions sérieux dans notre démarche, il nous a coupé et mis sur liste noire ».

Des veuves et des orphelins n’auront pas justice

Galbané déplore surtout le fait que le poste fait sur la mort de M. Bonkoungou ait alerté les autres membres du groupe « qui suivent aussi les infos sur les réseaux sociaux ».

D’ailleurs ayant constaté le décès du prévenu, « des notifications sur les droits de sa famille ont été envoyées, ils ont même été reçus par madame le procureur. Tout a été fait de façon transparente. Une autopsie est aussi en cours et elle va préciser les circonstances de la mort ».

A la question de savoir si l’activiste TOURE a été interpellé dans le cadre de cette « immixtion », le commissaire répond qu’un « rapport a été transmis au parquet.

En attendant les conclusions du parquet, les autres membres du gang ont pris la clé des champs. Et des « veuves et orphelins n’auront pas justice parce que Naïm TOURE même s’il a voulu bien faire, a fait foirer l’enquête », regrette le commissaire.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Forum des jeunes : les jeunes mettent le président devant ses responsabilités

Infowakat MEDA

Tribunal de l’actualité : L’Unité d’action populaire, légitime ou pas ?

Infowakat MEDA

Burkina-Toéni : « Nous devons nous armer de courage et de détermination » (Roch Kaboré)

Infowakat MEDA

Burkina : les agents de l’administration annoncent une grève de 96h

REDACTION

Burkina : perturbation du réseau à la direction générale des impôts

Infowakat MEDA

Burkina : 5 militaires décédés dans une embuscade à Toéni

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR