A LA UNE Actualité Burkina Buzz de la semaine

Sécurité : Qu’est ce qui empêche les armées africaines de défendre leur territoire ?

Le président français, Emmanuel Macron a mis en exécution sa menace. En effet, en fin mai 2021, pour dissuader le colonel Assimi Goïta d’abandonner son deuxième coup d’Etat, il annonçait le retrait de la troupe française disant qu’il ne soutiendra pas un ‘‘pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition’’. Il l’a annoncé officiellement ce 10 juin 2021. C’est la fin de l’opération antiterroriste Barkhane au Sahel. Ce retrait devrait donc enseigner les pays où elle intervenait. Il faut chercher à être efficace que de compter sur des forces extérieures qui continueront à imposer leurs lois.

En annonçant la fin de Barkhane, le président français a affirmé qu’à l’issue des consultations une transformation profonde de leur présence militaire au Sahel sera amorcée. Pour lui, c’est la fin de l’opération Barkhane en tant qu’opération extérieure” et la mise en œuvre “d’une alliance internationale associant les États de la région”.

Ce sont 5 100 hommes au sein de Barkhane qui intervenaient au Sahel. Leur présence n’a pas empêché la progression du terrorisme dans la zone. On se pose alors la question de savoir quelles sont les conditions d’intervention de cette force.

Le président considère le retrait de la France comme « un point de déstabilisation », par contre, ses militaires n’ont « pas vocation à rester éternellement là-bas ».

Le retrait de la France constituera vraiment un point de déstabilisation pour le Sahel ? Qu’est ce qui empêche les armées africaines de défendre leur territoire ?

D’aucuns diront qu’ils n’ont pas de moyens logistiques. Pourquoi ne pas envisager la formation adéquate de nos forces armées et les équipés comme il se doit ? Dans cette optique, la présence de toute force extérieure ne serait plus une nécessité mais, symbolique.

Le soutien externe est nécessaire mais, les Etats doivent avoir le contrôle, être au-devant des opérations. Il faut avoir une armée forte, bien équipée et ce soutien externe ne serait que complémentaire.

Prenons le cas de la première et la deuxième guerre mondiale, malgré la puissance des troupes étrangères, ils avaient besoin d’hommes pour renforcer leurs équipes, d’où l’intervention de beaucoup d’Africains.

Chaque Etat est souverain, et s’il arrive à avoir besoin d’une intervention externe, c’est qu’il a fait le maximum.

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

ARTICLES SIMILAIRES

Politique: Le parti de Saran Séré Sérémé quitte la majorité pour l’opposition politique 

REDACTION

Entrepreneuriat : Des jeunes renforcent leur connaissance en élevage de poulet

REDACTION

Procès Thomas Sankara : Élise Yamba Ilboudo nie avoir vu le général Gilbert Diendéré au conseil de l’entente le jour des faits

INFOWAKAT

Solidarité nationale : le président du Faso appelle à la mobilisation citoyenne

INFOWAKAT

Sourou : une double attaque contre les brigades de Gendarmerie de Gomboro et de Lanfièra

INFOWAKAT

Assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons : Yamba Elisé Ilboudo explique son rôle

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR