Actualité

Sécurité routière : « Vous allez maintenant sentir l’Etat », Simon Compaoré

Suite au drame survenu le 19 mai dernier sur la national 1 faisant plus d’une vingtaine de morts et plusieurs blessés, le ministre de l’Etat Simon Compaoré et le ministre des Transports, de mobilité urbaine et de la Sécurité routière en collaboration avec les Forces de l’Ordre et de Sécurité (FDS) ont rencontré la presse ce jeudi 26 mai 2016 à Ouagadougou. L’heure était à la prise de décisions palliatives pour réduire au mieux les accidents de route.

De 2010 à aujourd’hui, le nombre d’accidents meurtriers ne fait que s’accroître. De 11.976 accidents faisant ainsi 750 en 2010, rien qu’en 2014, 954 décès liés aux accidents routiers ont été constatés pour un total de 19.189 accidents enregistré à la même année.  Si l’on fait une sommation des accidents enregistrés de 2010 au premier trimestre de 2015, 84.117 cas d’accidents ont été signalés, faisant ainsi 5.046 morts et 73.536 blessés. Tenez-vous bien, ces chiffres ne sont que le constat fait par la police à la morgue où en cas de constat.

Les causes et les facteurs des accidents

« Ils sont connus », a martelé Souleymane Soulama, Ministre des transports et de la sécurité routière. Foi de lui, les causes et les facteurs des accidents ont pour nom au Burkina  Faso, « l’excès de vitesse, l’imprudence, l’inobservation des règles de circulation » pour ne pas dire pour certain nombre d’usagers « l’ignorance royale » desdites règles.

 

Les mesures prises pour bouter ce fléau de notre pays

En réponse au drame du 19 mai dernier à Ouhabou, le gouvernement a pris un arrêté interministériel, dont l’objectif principal est la réduction du nombre des accidents graves de la circulation routière. Pour ce faire, le Ministre des transports et de la sécurité routière exige de tous les responsables de compagnies de transport, « l’installation de dispositif de limitation de vitesse » pour assurer le respect des prescriptions administratives limitant la vitesse en agglomération et hors d’agglomération, mais aussi « l’installation de dispositifs permettant de déterminer les temps de conducteurs » , afin de lutter contre la fatigue au volant, a-t-il expliqué.

Les véhicules des compagnies de transports ont un délai de 6 mois pour se conformer aux règles car, foi de Souleymane Soulama, « si dans 06 mois vous ne plombez pas vos véhicules vous échouerez au texte du CCVA ».

 Toutes ces mesures fortes seront en vigueurs sur toute l’étendue du territoire car selon Simon Compaoré, la population va maintenant sentir les actions de l’Etat. « Vous allez maintenant sentir l’Etat, donc vous-même préparez-vous », a-t-il conclu.

Armand Kinda

Infowakat.net

 

ARTICLES SIMILAIRES

Entrepreneuriat : SANTENAT étend ses tentes

REDACTION

Burkina : En attendant le vote!

REDACTION

Burkina/Boucle du Mouhoun : un chef de village enlevé dans la Kossi

Jordan MEDA

Burkina/Fada : La population descend au gouvernorat avec des corps de proches tués

Jordan MEDA

Concours directs : 1 290 142 candidatures pour 4 721 emplois

INFOWAKAT

Elections couplées de 2020 : la date limite de réception des dossiers de candidatures

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR