Actualité Politique

Sécurité: Simon Compaoré rend compte à travers un dialogue citoyen

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure (MATDSI), Simon Compaoré était dans la soirée du 30 juin 2016 sur le plateau de la télévision nationale. C’était à la faveur de l’émission Dialogue citoyen proposé par la CODEL dans le cadre de son programme dénommé le  présimètre. Il a répondu aux questions des citoyens et des journalistes sur les sujets d’actualité de son département ministériel.

Le premier sujet abordé et de loin celui qui a pris le plus grosse partie de l’émission, c’est le dossier Koglweogo.

La réunion des kogleweogo à Kombissiri. La défiance de l’autorité de l’Etat suite à la réunion, et ce, malgré les mesures d’encadrement communiquées. Le ministre refuse de réagir  parce qu’il pense avoir déjà tout dit sur ce sujet. Selon lui, les koglweogo ont été infiltrés lors de cette réunion. Toutefois, il précise qu’une délégation des kogleweogo qui s’étaient réunis, l’a rencontré récemment. Au cours de cette rencontre ceux-ci, lui aurait exprimé leurs regrets par rapport à ce qui s’est passé à Kombissiri. Et selon lui, ils se sont démarqués des propos de nature à défier l’autorité de l’Etat. Au regard de cela, il estime que les groupes d’autodéfense avaient été infiltrés.

Dans tous les cas le ministre estime que la parole a assez durée et que désormais ce serait l’action. La preuve de ce changement de cap est selon lui, la récente décision de dégager la route nationale N1 barricadée alors par les manifestants pro Koglweogo.

Ya-t-il eu un pacte Kogleweogo avec le président du Faso ? « Madame, j’ose croire que vous plaisanter. Je pense que vous voulez agrémenter la conversation. Ça parait invraisemblable ! Pas de commentaire.» a laissé entendre Simon Compaoré.

Lire aussi : 100 jours : Roch tente un “Dialogue Citoyen” pour mieux se faire comprendre!

Sur l’idée de la suppression des kogleweogo. Le ministre est catégorique : « je n’ai jamais demandé la suppression mais l’encadrement» Cela parce qu’il y a des bons kogleweogo qui collaborent avec les forces de l’ordre dans la lutte contre  l’insécurité.

Sur l’idée de scinder le MATDSI en entité différentes, le ministre renvoie la question au Président du Faso. Selon lui c’est celui qui a « taillé le département ministériel qui peut juger de la nécessité de scission ». « Si vous pensez que le pantalon a été mal taillé adressez-vous au tailleur » a-t-il martelé.

A-t-il l’étoffe pour ce grand ministère ? Simon brandit son expérience, fait remarquer son expérience de 17 ans à la mairie centrale de Ouaga. Du reste, « si celui qui m’a nommer va se rendre compte que je suis inapte il va m’enlever», déclare Simon.

D’autres sujets comme le redécoupage administratif du territoire qui serait à l’étude, le renforcement de la présence des forces de l’ordre dans les zones de grande insécurité, la mise en place des exécutifs locaux ont été abordés.

Synthèse de Nadia Imane

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Politique: Le parti de Saran Séré Sérémé quitte la majorité pour l’opposition politique 

REDACTION

Entrepreneuriat : Des jeunes renforcent leur connaissance en élevage de poulet

REDACTION

Procès Thomas Sankara : Élise Yamba Ilboudo nie avoir vu le général Gilbert Diendéré au conseil de l’entente le jour des faits

INFOWAKAT

Solidarité nationale : le président du Faso appelle à la mobilisation citoyenne

INFOWAKAT

Sourou : une double attaque contre les brigades de Gendarmerie de Gomboro et de Lanfièra

INFOWAKAT

Assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons : Yamba Elisé Ilboudo explique son rôle

INFOWAKAT

1 commentaire

Anonyme 13 juillet 2016 at 15 h 06 min

Un vrai dialogue il faut!

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR