A LA UNE Actualité Articles Burkina Sécurité

Situation humanitaire au Burkina : comprendre les chiffres

Cela n’échappe plus vraiment à personne, la situation sociale au Burkina est inquiétante, plus précisément celle des populations victimes des violences armées ou qui tout simplement à cause des menaces ont abandonné leur localité pour des zones plus sûres. Selon les services de coordinations des affaires humanitaires (OCHA), on dénombre 170 447 déplacés internes au Burkina, une chiffe en hausse de 6% par rapport au mois d’avril 2019.

L’on se doute bien, les régions les plus touchées sont l’Est et le Nord du pays. De janvier 2018 au mois de mai 2019, l’on est passé de 9 000 mille à 170 mille déplacés internes.

Douze provinces et quarante-six communes sont concernées par cette réalité. Les dernières statistiques montrent que la province du Soum est celle qui enregistre le plus de déplacés avec plus de 60 mille personnes. Vient ensuite, le Sanmatenga avec une proportion de déplacés comprise entre 30 mille et 60 mille. L’Oudalan vient en troisième position avec un chiffre compris en 10 mille et 30 mille déplacés.

Toutes ces personnes fuient les violences perpétrées par les groupes armés qui sèment la terreur dans ces localités. Si les tendances des déplacements depuis le 30 avril 2019 révèlent une stagnation des flux de déplacés sur l’ensemble du territoire, dans les provinces de Namentenga, du Sanmatenga et du Soum les populations en mouvement sont de plus en plus nombreuses. Le taux de déplacés augmente respectivement en effet de 606%, 5%, et de 3%. Ce qui donne au niveau national, une augmentation de 6%.

Plus loin, et toujours selon les données (en évolution), on dénombre depuis janvier 2018, environ 410 incidents sécuritaires qui ont causé la mort de 409 personnes et 207 blessés (chiffres approximatifs). Ces incidents sont la cause de la fermeture de 16 centres de santé avec 46 centres fonctionnant en service minimum.

Du point de vue humanitaire, les personnes dans le besoin en terme se sécurité alimentaire et de nutrition sur toute l’étendue du territoire sont estimés respectivement à 676 000 et 587 000.

En matière de prise en charge, des défis restent encore à relever. Malgré les efforts consentis par les acteur humanitaires et l’Etat il y a tout de même un déficit de financement des actions de ripostes. Les besoins sont estimés à environ 57 686 080 313 de franc CFA. Mais seulement 19 613 267 306 ont pu être collectés soit 35% des besoins au niveau national.

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Mali : Une affaire d’uniforme de mariage divise un couple

REDACTION

Centre-nord : les FDS mettent en déroute des terroristes à Namisiguima

INFOWAKAT

Musique : Saga Den, une étoile montante de la musique burkinabè

INFOWAKAT

Avis de recrutement de personnels au profit du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL)

INFOWAKAT

Entreprenariat : De la Banque en passant par le secteur minier, il démissionne pour créer sa firme

INFOWAKAT

Mali: l’armée française tue une femme pendant une poursuite

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR