20 Mai, 2019 @ 19:14

L’opposition politique burkinabè donne sa lecture de la situation actuelle du pays. De Yirgou à l’affaire de la SONAPOST, en passant par les conflits communautaires, le parti de l’Espoir et de l’Union pour le Progrès et le Changement n’ont pas été tendre avec le pouvoir en place ce 14 mai 2019.

De Yirgou, les deux conférenciers du jour rappellent que cela fait 134 jours que 2010 Burkinabè ont été « massacrés » et que tout comme celui d’Arbinda survenu trois mois après, justice n’est pas encore faite.

Mais avant d’accuser le gouvernement pour sa lenteur dans le traitement judiciaire, Jean Bazié a tenu à préciser que le « MPP doit faire son mea-culpa pour avoir été le premier parti politique à battre campagne avec des arguments ethnicistes ». Selon lui, cette pratique a conduit à une situation où il y a deux catégories de Burkinabè : « ceux dont les ethnies sont dignes de diriger le Faso, et les autres de seconde catégorie ou zone ».

Toutefois la responsabilité du parti du mouvement du peuple pour le progrès dans cette situation ne doit pas occulter la vigilance de la population sur le piège que nous tendent les forces du mal en s’attaquant à nos valeurs. Les récents assassinats de leaders religieux et fidèles chrétiens « visent à créer un affrontement entre les différentes couches socioreligieuses de notre pays ».

Faisant un tour d’horizon dans le monde du travail, spécialement dans celui de la SONAPOST où le directeur général Issa Coulibaly a été expulsé le 08 mai dernier de ses bureaux par les employés de la société, l’opposition une fois de plus pointe de doigt le pouvoir en place. Même si cet acte procède de « l’incivisme ou de la violence » le fautif de ce cercle vicieux n’est autre le gouvernement qui qui manque d’autorité et surtout d’« exemplarité ». En effet, le pouvoir MPP cultive « l’amicalisme et excelle dans le parachutage de copains et de parents qui n’ont pas toujours le profil professionnel requis à la tête des institutions et société d’Etat jugées juteuses ».

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

Tags: , , , ,

1 Comment

Konkobo Alex 15 mai 2019 at 7 h 04 min

Votre déclaration : » il y a deux catégories de burkinabé, ceux dont l’ethnie est digne de diriger le pays et les autres de seconde zone » voilà ce qui conditionne les esprits. Les gens ne le savaient pas, mais vous donnez l’info et vous invitez du coup les burkinabè à l’accepter. Ce sont plutôt ces genres de déclaration politiques qui divisent les burkinabé. Le peuple burkinabé est paisible, c’est surtout les apprentis politiciens qui lui causent tant le mal.

Leave a Comment

A LA UNE

LE REPORTER

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

LES DOSSIERS D’INFOWAKAT

PUBLICITE

NEWSLETTER

FACEBOOK

PUBLICITE

PUB

PUB

Partenaires Media

Infowakat Group SARL

Infowakat

GRATUIT
VOIR