A LA UNE Actualité Articles Burkina Société

Société: « le Burkinabé incarne la méchanceté, l’hypocrisie et l’incivisme »(CISAG)

Le Conseil d’Information et de Suivi des Actions Gouvernementales (CISAG) a organisé ce jeudi 09 mai 2019 une conférence de presse au Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP/NZ). L’objectif de cette rencontre était de donner leur lecture sur les évènements actuels notamment sur le plan politique, sécuritaire, et social du pays.

En ce qui concerne le du cas du DG de la Post Burkina, « nous le désapprouvons et c’est des actes qui font honte aux burkinabé et au monde entier. Des images ont été vues partout et les Burkinabé doivent revenir à de meilleurs sentiments. Le DG quoi qu’il ait doit mériter le respect des travailleurs. Il y a un cadre institutionnel pour discuter des problèmes du service que de s’adonner à des actes de ce genre qui humilient un premier responsable. De nos jours le Burkinabé incarne la méchanceté, l’hypocrisie et l’incivisme. A leur place j’aurai honte de dire à mon enfant ce que j’ai fais à mon premier responsable. C’est alarmant et il faut la fermeté de la part du chef de l’Etat car sa passivité pose beaucoup de problèmes aux Burkinabé » a déclaré Issiaka OUEDRAOGO, président du CISAG.

Issaka OUEDRAOGO

Pour le CISAG, le retour annoncé de Yacouba Isaac ZIDA « ne pose aucun problème. C’est un citoyen burkinabé qui n’a pas été exclus ni par la justice ni par une décision présidentielle de ne pouvoir participer à l’élection ».

Cependant pour ce qui est des excuses que le président doit à ZIDA, le CISAG pense que « c’est trop demander et à la limite cela frise l’impolitesse vis-à-vis du chef de l’Etat».

En plus « il ne revient pas à une organisation de la société civile d’intimer à un chef d’Etat de présenter ses excuses à un citoyen burkinabé » s’indigne le président.

 

Sur le plan politique le CISAG note une « vivacité de notre espace démocratique » par rapport au dialogue politique initié par le président du Faso et l’organisation des élections de 2020 dans un environnement sécuritaire difficile et dont les Burkinabé de l’extérieur doivent prendre part.

Pour le conseil, cette lutte contre le terrorisme constitue « une lutte de longue haleine ». Il invite donc les populations qui vivent dans toutes les régions du Burkina « à ne pas céder à la provocation et à la tentation de l’embrasement ethnico religieux dans lequel les groupes armées veulent nous entrainer ».

Djamila KAMBOU
Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

ONEA : Perturbation de la desserte en eau dans certains quartiers de la ville de Ouagadougou

INFOWAKAT

Carrière de Borodougou : site touristique ou désastre écologique ?

Infowakat MEDA

Affaire BDU-BF : la galère des 25 licenciés

Infowakat MEDA

Problèmes sanitaires : les solutions du MIDE

Infowakat MEDA

Fada : « Obar Goini » (Le chef n’est plus »)

Infowakat MEDA

Dj Arafat : de Yôrôbô à Daishi, un parcours très controversé

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR