Actualité Articles Burkina

Tabaski 2018 : Fortunes diverses pour les commerçants

Demain, c’est la fête de Tabaski, comment les commençants vivent-t-ils cette période ? A la veille de cette fête, infowakat.net a fait le tour de certains marchés de la capitale pour voir comment les affaires marchent. Si certains commerçants se frottent les mains d’autres par contre, essayent  tant bien que mal de mener leur activité pour tirer un profit.

C’est au marché Nabi yaar que nous débutons notre tournée des yaars. Là-bas, de toute évidence les affaires marchent bien. Et ce n’est pas Moussa, vendeur de volailles qui dira le contraire. Notre commerçant de toute évidence, tire profit de son commerce, car par jour, il confie pouvoir vendre 200 à 300 poulets, le prix variant entre 3 000 et 4 000 F CFA. Malgré ce nombre important de volailles qu’il arrive à vendre notre homme, nous précise que le marché ne se porte pas aussi bien qu’on peut le penser. « La volaille ne marche pas bien pendant la fête de la Tabaski. La fête de la tabaski est généralement connue comme la fête de mouton, donc les musulmans se penchent beaucoup plus sur les moutons », a-t-il ajouté. Ce choix a pris de l’ampleur à tel point qu’il est quasi impossible pour les vendeurs de volailles de se faire de bonnes affaires pendant cette période.

Si certains musulmans achètent uniquement que le mouton pour la fête, d’autres par contre en plus du mouton achètent également des poulets.

Selon Moussa, même s’il n’y a pas d’engouement au niveau de la volaille, tout compte fait, dit-il, «  c’est mieux que zéro ».

« Je peux vendre 15 voire 30 habits par jour »

Pendant la Tabaski, Le marché de volaille ne marche pas bien selon les commerçants

Mariam, une vendeuse que nous avons rencontrée au marché de la  zone 1, vend des vêtements de tous genres (bébés, enfants, adultes). Ces vêtements s’arrachent comme de petits pains et les prix varient en fonction de la qualité de la matière, allant de 6 000, 8 000, ou même à 12 000 F CFA. « Je peux vendre 15 voire 30 habits par jour, les femmes et les hommes viennent de partout pour s’en procurer et c’est moins cher» dit-elle.

Awa, une cliente trouvée sur place est venue chez Mariam faire des achats pour ses enfants. « Je trouve que les vêtements sont moins chers et de bonne qualité et sont les mêmes  qu’on retrouve dans les magasins à un coût élevé », explique-t-elle. Si certains se frottent les mains, ce n’est pas le cas de Noëllie Zoungrana également vendeuse de vêtements au marché de Nabi yaar. Elle affirme que pendant la fête de Tabaski les affaires ne marchent pas. « Pendant la fête de tabaski les parents préfèrent coudre des ensembles pour les enfants au lieu d’acheter des vêtements prêt-à-porter », explique-t-elle.  Pour elle, les fêtes de fin d’année, la fête  Noël et la fête de Pâques sont les moments propices pour les commerçants. Selon elle, c’est en ces périodes que les commerçants se frottent les mains, a-t-elle indiqué. « Depuis le matin, j’ai vendu un seul vêtement pour bébé », déplore-t-elle.

Minata Zerbo (stagiaire)

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

La France lance un satellite militaire dernière génération

INFOWAKAT

La Turquie expulse l’ambassadeur français pour son soutien à un opposant politique

INFOWAKAT

Fespaco 2021: L’étalon d’or de Yennenga revient à la Somalie

INFOWAKAT

Politique : Blaise Compaoré appelle à la retenue suite à la suspension de 03 camarades du CDP

INFOWAKAT

Namounou: Des écoles incendiées par des HANI

INFOWAKAT

Boucle du Mouhoun: 01 soldat blessé dans une attaque à Djibasso

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR