A LA UNE Actualité Brèves Burkina Infos Société

Trafics d’enfants: 22 enfants de retour au Burkina Faso

22 enfants victimes de trafics sont rentrés à Ouagadougou ce 29 mars 2021. Ils ont été interceptés à Aboisso en Côte d’Ivoire le 08 février 2021.

 

Des 22 enfants interceptés, il y a 19 garçons, une fille, une jeune mère de 21 ans enceinte avec un garçon de 22 mois. Les 19 enfants interceptés quittaient une mine à Korogo où ils ont travaillé pendant 6 mois pour une autre à Aboisso en mars. Les présumés trafiquants étaient au nombre de 4 originaire de Boulsa dans la région du Centre Nord.

La ministre de la femme appelle les enfants à la responsabilité des parents et les exhortent à toujours signaler la disparition de leur enfant aux autorités afin que des démarches puissent être entamées. Elle estime que l’État a déjà fait sa part et il reste aux parents de prendre des dispositions pour maintenir les enfants en famille. <<Nous avons essayé du mieux que nous pouvons pour créer des centres de formations. il faut que les gens arrêtent de penser que l’État sera là derrière tous le monde>>.Elle ajoute que l’État ne peut pas se substituer aux individus pour faire leur obligation de parents.

Elle ajoute, << nous avons dis aux parents quand vous voyez que vous ne pouvez pas interpellez nous pour qu’on viennent vous appuyez pour l’éducation des enfants avec les partenaires. Je suis à bout, il faut que les parents comprennent que quand ils envoient leur enfant, ils donnent des sources d’enrôlement aux groupes armés. Il y a une obligation des parents qui est claire, l’État ne peut pas tout faire>>.

La situation fait état de dix-sept enfants originaires de Boulsa, province du Namentenga et de deux à Kaya. La jeune mère est originaire du Nayala. Certains parents disent quant-eux n’être pas au courant de la sortie de leur enfant.

Pour savoir ce qui a poussé les enfants à l’aventure, le ministre de la famille explique cela par des raisons économiques. <<Mais, dites moi, vous pensez que ces enfants sont en mesure de travailler et d’être psychologiquement stable pour ne pas être enrôler dans les groupes armés après ? Puisque c’est le gain qui les amènent. On peut les enrôler dans les groupes armés en les proposant de l’argent. Ce n’est pas les sites d’orpaillages l’objectif premier c’est de gagner de l’argent. Ce qui fait le statut d’un enfant, ‘cest l’immaturité de la décision de l’enfant. Il commence par les sites, ensuite le travai est tellement difficile qu’on va lui proposer de l’argent avec un travail moins pénible et ils partent et au bout de 6 mois ils sont au maniement d’armes. Et ils peuvent plus quitter>>, fulmine Marie Laurence Ilboudo/Marshall.

Le ministère de la famille entend renforcer le système judiciaire. Ainsi toute personne prise seront sous le coup de la loi.

 

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

La France lance un satellite militaire dernière génération

INFOWAKAT

La Turquie expulse l’ambassadeur français pour son soutien à un opposant politique

INFOWAKAT

Fespaco 2021: L’étalon d’or de Yennenga revient à la Somalie

INFOWAKAT

Politique : Blaise Compaoré appelle à la retenue suite à la suspension de 03 camarades du CDP

INFOWAKAT

Namounou: Des écoles incendiées par des HANI

INFOWAKAT

Boucle du Mouhoun: 01 soldat blessé dans une attaque à Djibasso

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR