Entretien Kafando JA
Actualité

Transition au Burkina: Le président Michel KAFANDO ‘’parle’’

Le président Michel KAFANDO  s’est confié à JEUNE AFRIQUE. Sur la transition, en passant par le couac entre le Premier Ministre ZIDA et le RSP, son salaire à ses relations avec l’ex président Blaise Compaoré, Michel ne “manche” pas ses mots. Nous vous proposons un résumé synthèse de cet entretien réalisé par  JEUNE AFRIQUE.

 

Sur le RSP et ZIDA :
Le président Michel revient sur le début de la crise à savoir le 30 décembre 2014. A l’origine de la crise, le choix du chef d’état major particulier du chef de l’Etat est ressorti comme l’une des causes. Le président ajoute qu’il a « réuni les militaires pour leur tenir un langage de la raison et pour leur enjoindre de reprendre les négociations ». A cet effet, il dit avoir mis en place une commission pour s’occuper du « CAS RSP ». Sur le général Gilbert Diendéré le président précise que ce dernier n’a pas de traitement particulier et qu’il a été invité sur la table des négociations au même titre que les autres généraux.

 

SUR LA TRANSITION :
Le président Michel lance un appel aux Burkinabè  à être patients. Il rappelle que son pouvoir est issu d’une insurrection et fait comprendre que les gens ont « tendance à penser que la transition doit vite régler tous les problèmes ». Sur les deux ministres “malheureux ” emportés par la rue, le président  confirme que c’est la même pression qui est à l’origine de ce mauvais choix. Sur la justice, les faits de corruption, le président affirme qu’il faut des preuves pour arrêter les commanditaires. Quant aux dossiers NORBERT ZONGO et Thomas SANKARA, le président n’en dira pas plus sinon que l’enquête est à reprendre pour le premier et pour le second l’affaire est en contentieux.

 

SUR BLAISE COMPAORE :
Sur l’ex président, Michel dit qu’il ne voit pas aucun problème que Blaise soit en terre ivoirienne. Il rectifie donc les choses par rapport à sa dernière affirmation sur la Cote d’Ivoire qui avait fait couler beaucoup d’encre en disant que les relations ivoiro-burkinabè sont empreintes de fraternité et d’amitié et ajoute que rien n’a changé. Quand à la question à savoir s’il rencontre Blaise COMPAORE le président Michel répond : “je n’en vois pas la nécessité. Pas pour l’instant”.

 

SUR SON SALAIRE :
Sur son salaire qui s’élève à 1.500.000 FCFA le président dit n’avoir pas honte de le dire et qu’il n’avait rien à cacher. Il ajoute que les gens attendent beaucoup plus de transparence. Et c’est à juste raison que les membres de la transition s’accommodent de salaires plus modestes que leurs prédécesseurs. Le président reconnait les efforts déjà faits pour diminuer les dépenses et a pris  des mesures pour réduire le train de vie de l’Etat afin de permettre au pays des hommes intègres d’être réaliste et de vivre à la hauteur de ses moyens. Quand à la question de savoir ses projets après la transition le président dit qu’il ira “cultiver son jardin’’ qui n’est autre que sa ferme où il vivait paisiblement quand on est venu le chercher.

K M
Ifaso.net

ARTICLES SIMILAIRES

L’actualité de la semaine en bref…

Jordan MEDA

Entrepreneuriat : SANTENAT étend ses tentes

REDACTION

Burkina : En attendant le vote!

REDACTION

Burkina/Boucle du Mouhoun : un chef de village enlevé dans la Kossi

Jordan MEDA

Burkina/Fada : La population descend au gouvernorat avec des corps de proches tués

Jordan MEDA

Concours directs : 1 290 142 candidatures pour 4 721 emplois

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR