A LA UNE Actualité Burkina Société

Tribune : Marre des « reboisements-télé » !

Pendant les mois de juillet et d’août, pullulent des reboisements de masse. Planter un arbre et l’entretenir est une activité noble en soi, car c’est contribuer à la production d’un bien commun (la forêt). Ce qu’on déplore, c’est la prolifération des « reboisements-télé » ou « reboisements-caméra » (c’est selon) ou tout simplement des « reboisements-com » (com comme communication).

Ce sont des reboisements dont la communication prend le dessus sur le reboisement lui-même. En fait, le reboisement devient plutôt un tremplin de communication ; on fait beaucoup de bruits pour peu de résultats. Si non, quel est le sens d’un reboisement en grande pompe, à forte teneur folklorique sans un point d’eau pour l’arrosage des plants mis en terre, sans une grille de protection et un grillage pour chaque plant mis en terre, bref sans un plan de suivi-évaluation des plantes ?

En réalité, les « reboisements-télé » n’ont pas plus d’impacts que la communication politique et la résonnance médiatique. On plante mais après, il n’y a rien puisqu’on n’a pas entretenu les plants mis en terre. Là où le bât blesse, c’est que chaque année, on (re)fait la même chose sur les mêmes sites (ayant antérieurement fait l’objet d’un « reboisement-télé »).

Il est vrai que ces dernières années, le ministère en charge de l’environnement a pris des mesures afin de réduire les « reboisements-télé » et optimiser les opérations de reboisement, mais ces reboisements contre-productifs ont la « peau dure ».

Ce qui est regrettable, c’est que les « reboisements-télé » sont représentatifs de nos « refus du développement » dans beaucoup d’autres domaines ; chaque fois, on (re)fait les mêmes choses avec peu de résultats conséquents. Ainsi, à chaque « saison » (au sens large du terme), on a à résoudre des anciens-nouveaux problèmes. On fait semblant d’aller de l’avant ; or, on ne devrait pas feindre avec le développement. Quand allons-nous quitter la « gare » du sous-développement pour nous mettre véritablement sur les « rails » du développement ?

KAMBIRE Bèbè

E-mail : kambirbb@gmail.com

Téléphone : 71 00 07 81

ARTICLES SIMILAIRES

Déclaration linéaire de la conférence de presse du parquet militaire sur le point des dossiers d’atteintes à la sûreté de l’État en cours d’instruction devant les juridictions militaires

INFOWAKAT

Centrafrique : un complice des groupes armés interpellé par les autorités

INFOWAKAT

ONÉA : Le service de paiement des factures d’eau via orange money est temporairement suspendu

INFOWAKAT

Le président Sénégalais a indiqué qu’il y avait de l’espoir pour le Mali au sein de la CEDEAO

INFOWAKAT

CEDEAO : plusieurs mois après le retrait du Mali, du Niger et du Burkina Faso, l’organisation envoie un message fort

INFOWAKAT

Conseil des ministres du 29 mai : le gouvernement ressuscite l’ONBAH pour la souveraineté alimentaire

INFOWAKAT

3 commentaires

Assotom 26 juillet 2019 at 11 h 07 min

Merci cher journaliste. Je suis plus que comblé. Je croyais que j’étais le seul à penser pareil !! Mais croyez-moi le peuple lui-même est complice de cette situation. Bref l’Afrique se trouve dans une situation de déperdition très grave en ce qui concerne l’éducation.

Répondre
Assotom 26 juillet 2019 at 11 h 09 min

Merci pour tout. Mais l’Afrique n’est-elle pas maudite ? je veux dire l’Africain bien entendu !!!

Répondre
KAMBIRE Bèbè 26 juillet 2019 at 17 h 24 min

Je ne suis pas journaliste. J’essaie de porter un regard critique sur de nos comportements ou mentalités qui ne sont pas propice au développement. Je ne pense pas que l’Afrique est maudite. Je vous suggère <>de Laurent BADO>> ou encore <> de Axelle KABOU

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR