Actualité AFRIQUE

Trois personnes recherchées, dont un journaliste, en rapport avec les filles de Chibok au Nigeria

L’armée nigériane a lancé lundi un avis de recherche contre trois personnes, dont un journaliste, pour recel d’informations concernant les lycéennes de Chibok captives du groupe armé islamiste Boko Haram depuis 2014.

Ahmed Bolori, Aisha Wakil et le journaliste Ahmad Salkida sont soupçonnés de « recel d’informations » concernant les quelque 200 lycéennes enlevées par le groupe djihadiste nigérian Boko Haram, en avril 2014, à Chibok, dans le nord du Nigeria. Le porte-parole de l’armée, le colonel Sani Usman, a précisé que le journaliste Ahmad Salkida, un homme du nom d’Ahmed Bolori et une femme, Aisha Wakil, sont recherchés pour leurs liens et contacts présumés avec Boko Haram.

« Ils doivent se présenter et nous dire où sont les filles de Chibok et les autres personnes détenues pour nous permettre d’aller à leur secours », a souligné le colonel Usman. Ahmad Salkida, ancien journaliste au quotidien national Daily Trust, a répondu lundi à travers son blog qu’il ne faisait que son métier et avait fait « allégeance » au gouvernement nigérian pour la libération des lycéennes. Ahmad Salkida est une figure importante dans le conflit avec les insurgés islamistes. Il a notamment été au coeur de négociations avortées avec le gouvernement de l’ex président Goodluck Jonathan.
Salkida promet de se rendre au Nigeria « dans les prochains jours », pour les besoins de l’enquête. Il a promis d' »accélérer » son retour si l’armée lui envoie un billet d’avion selon BBC.

Le 14 avril 2014, le kidnapping sans précédent par les islamistes de 276 adolescentes de Chibok avait provoqué une vague d’indignation au Nigeria et dans le monde. Cinquante-sept d’entre elles avaient réussi à s’échapper peu après leur enlèvement.
Boko Haram a subi de nombreux revers militaires depuis l’arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari en mai 2015 et sa force de frappe est beaucoup moins importante qu’il y a deux ans mais le conflit, qui a fait plus de 20.000 morts et 2.6 millions de déplacés, est toujours en cours dans toute la région du lac Tchad.

Fariska Barsan

infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Namissiguima : 09 morts dont 06 VDP après une attaque

INFOWAKAT

Bourasso : 22 morts selon le gouverneur

INFOWAKAT

Interdiction de vente d’animaux et de volailles sur la voie publique.

INFOWAKAT

Guinée : Les autorités ordonnent l’arrêt des activités de deux géants miniers

INFOWAKAT

Le saviez-vous ?: D’où provient le son des claquements de doigts ?

INFOWAKAT

Crise alimentaire/vie chère au Burkina Faso : quand manger devient un luxe !

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR