Actualité Culture

Adieu Belle-Mère : Un film de MCZ

Chanteur, danseur, chorégraphe pendant plusieurs années, aujourd’hui Yacouba Napon alias MCZ apporte sa touche au cinéma Burkinabé en tant que réalisateur. Le film « Adieu Belle-mère », long de 90 minutes est son tout premier long métrage. Le lancement de ce film s’est fait ce lundi 4 juillet 2016 à Ouagadougou avec la présence remarquable du réalisateur et de quelques acteurs.

Le Burkina Faso, pays du cinéma a encore eu un nouveau-né qui est « Adieu Belle-mère ». Ce film de Yacouba Napon alias MCZ est un film qui retrace la vie que moult couple vivent dans le désaccord entre la belle-mère et la belle-fille. Une vie pas du tout simple chez certaines personnes parce que la Belle-mère voulant protéger son fils finit souvent par le détruire en le faisant vivre une vie de calvaires avec sa femme. Ce film en est tout autre. Il retrace la vie d’une femme qui ne voulait même pas entendre parler de sa Belle-mère. Une belle-mère qui pourtant adore sa belle-fille et qui fait tout pour lui plaire. Mais ses efforts sont annihilés par le mauvais comportement de sa belle-fille. Fatou, la femme de Issa a été mal conseillée et trahis par sa copine Mélanie qui, elle, voulait retirer le marie de Fatou. « Mon rôle était de jouer la mauvaise conseillère et je draguais le mari de ma copine », a confié Jessica sawadogo dit Mélanie. A travers son rôle dans le film, elle dit vouloir sensibiliser les populations en les invitant à demeurer bonnes et humaines. Pour dire à toutes les filles ou femmes qu’ « entre la belle-mère et vous ce n’est pas la fin du monde. Vous pouvez cohabiter », a-t-elle laissé entendre.

Selon le jeune réalisateur, MCZ, « le film parle des faits de société, ce que la plupart des gens vivent quotidiennement ». Et à l’en croire, à travers son film, il montre le côté négatif pour du même coup  conseiller les populations. Le Burkina Faso étant un pays du cinéma, « il faut qu’on amène un autre regard du cinéma ou l’on donne beaucoup de conseil pour que les familles puissent vivre en harmonie », a-t-il laissé entendre. C’est la raison, semble-t-il, qui l’a poussé à faire ce film. Le réalisateur affirme avoir commencé le tournage de ce film pendant l’insurrection et a donc mis deux ans pour le finaliser. Et selon lui, pendant ces deux ans la réalisation de ce film lui a couté environ 37 million de FCFA. « Ce sont mes propres fonds », a-t-il insisté. Il révèle être à son tout premier long métrage après avoir réalisé deux court métrages en France.

Les raisons qui ont poussé le danseur MCZ à s’intéresser au cinéma

« Je suis un amoureux du cinéma depuis que le Benga show était très chaud. Je pouvais venir taper les trois séances de projection au cinéma. Après ma formation en France, j’étais étalonneur, monteur puis mixeur. J’apprends le cinéma depuis 07 ans »

MCZ ne compte pas mettre fin à sa carrière d’artiste mais compte de ce fait apporter sa touche au cinéma burkinabé. Au Burkina Faso l’on leur a «  fermé la porte à leur musique ». « On ne nous soutient pas », a-t-il déploré. Il compte jouer plus à l’international qu’au Burkina Faso car, dit-il, « ailleurs je suis beaucoup plus supporté ». De son témoignage l’on peut retenir que son groupe « Benga Show » de 5 personnes, fait des tournées de concert-live en France.

Armand Kinda

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Ecole nationale de Police : 777 nouvelles compétences prêtes à servir la Nation

INFOWAKAT

Lutte contre le terrorisme : le Chef suprême des Armées salue l’engagement des Volontaires pour la Défense de la Patrie

INFOWAKAT

Sécurité intérieure : 10 personnes interpellées pour des faits de terrorisme à Ouagadougou

INFOWAKAT

Séminaire gouvernemental : réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

INFOWAKAT

Bénin-Niger : Les autorités béninoises interdisent le passage des marchandises et des personnes sur le fleuve Niger

INFOWAKAT

Société : Elle tue sa tante après une dispute sur la consommation de l’électricité

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR