Infowakat | Attaques terroristes dans le sahel burkinabè : Les propositions des sahéliens pour en venir à bout
mercredi 17 janvier 2018
Categories

Attaques terroristes dans le sahel burkinabè : Les propositions des sahéliens pour en venir à bout

Les nombreuses attaques terroristes dans le septentrion burkinabè poussent plusieurs personnes à la recherche de solutions palliatives dans le but de garantir la quiétude des populations concernées. C’est dans ce contexte que l’International Cris Group a réuni à Ouagadougou les populations concernées par ces attaques en vue de permettre aux Burkinabè de recouvrer la paix. Les participants ont posé le problème et ont proposé des solutions.

Les organisateurs du séminaire

Depuis le 4 avril 2015, avec l’enlèvement d’un employé roumain dans la mine de Tambao par des assaillants masqués, jusque récemment (le 4 octobre 2017) avec l’attaque de la caserne de gendarmerie à Inata dans la province du Soum, le Burkina Faso croupit dans l’insécurité profonde. Les attaques terroristes, surtout dans la région du sahel se sont multipliées faisant maintenant plus d’une centaine de morts et plusieurs blessés. Cette insécurité grandissante a aussi un impact sur le développement économique du pays. Quelles solutions entrevoir pour contraindre les terroristes ou groupes radicalisés à revenir à la raison ? Cette interrogation a été la pierre angulaire des différentes interventions au cours du présent séminaire organisé par Internatinal Crisis Group. Ce séminaire a réuni experts et populations vivant au sahel afin de faire des propositions dans le but de trouver une porte de sortie face à la crise que vivent les populations du sahel.

Les participants au séminaire

Certains participants, de peur d’être des cibles ont voulu garder l’anonymat dans notre micro. Comme recommandation pour venir à bout des terroristes, une première personne a estimé que les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ne doivent pas attendre que les terroristes viennent frapper avant d’agir, mais qu’elles doivent « aller à la recherche des terroristes, les débusquer et les détruire ». Faisant allusion aux différentes altercations entre éleveurs et agriculteurs dans ces zones il pense que la pression faite sur certains éleveurs en est pour peu la source de la radicalisation de certains d’entre eux. Les éleveurs se voyant toujours marginalisés ne trouvent refuge que dans l’achat des armes pour assurer leur propre sécurité. Il devient après difficile de prendre le contrôle de ces armes.

Comme proposition pour venir à bout des attaques terroristes, une personne, ressortissant de la région du Soum a d’abord déploré certaines actions du gouvernement. Il s’est donc posé la question à savoir si c’est l’Etat qui a abandonné les populations ou ce sont les populations elles-mêmes qui ont abandonné l’Etat. Pour lui, l’Etat doit prendre à bras le corps le problème en faisant, comme ça l’avait été par moment, une intervention militaire dans la zone. « Nous ne pouvons pas trouver une autre solution que celle militaire car ce sont des gens (les terroristes) qui ne croient en aucune médiation », a-t-il dit. De son avis, pour combattre les terroristes, il faut aller à la loi du Talion : « Œil pour œil, dent pour dent car les terroristes se foutent des organisations, des médiations, etc. ». Sa solution est claire, et nette : faire une descente musclée sur les lieux afin d’amener les radicalisés à la raison. Pour lui, les terroristes de la zone sont des peureux et une intervention militaire des FDS pourrait avoir un impact très positif sur cette lutte. Il a reconnu que la population était souvent de connivence avec ces terroristes mais, dit-il, « la population en a maintenant marre ».

Aboubacar Diallo, Coordonnateur du cadre d’action pour le dialogue et la paix au sahel

Aboubacar Diallo, Coordonnateur du cadre d’action pour le dialogue et la paix au sahel pense pour sa part que la source du problème (attaques terroristes) est communautaire et l’on se doit, à l’entendre, de procéder par le dialogue pour résoudre ces conflits. Il faut rappeler qu’avec la radicalisation de Malam Ibrahim Dicko dans le Soum, l’opinion publique a tendance à faire le lien entre les peulhs et les terroristes. Mais pour Aboubacar Diallo qui le peulh n’est automatiquement un terroriste. C’est une stigmatisation à l’endroit des peulhs, pense-t-il. « Nous faisons partie intégrante de nos Etats et nous devons aider nos Etats à régler les problèmes », a-t-il dit. Mais ces problèmes, à l’en croire, doivent être résolus de façon pacifique en passant par le dialogue. Tous les problèmes qui se posent dans le Soum doivent se résoudre autour d’une table de concertation et il appartient à l’Etat d’accepter le dialogue et de « créer un cadre de dialogue ». Aussi, pense-t-il que l’Etat doit investir dans la zone afin de « couper l’herbe sous le pieds de ceux qui pensent prendre les armes ». Il propose ainsi, qu’au lieu d’acheter des Hélicoptères ou des drones de guerres pour faire face à ces terroristes, l’Etat doit investir cet argent dans le développement de la zone. L’économie de l’Etat doit être partagée dans toutes les régions pour éviter qu’une communauté ne se sente marginalisée. Chose qui selon lui, arrivera à mettre fin au terrorisme. Il estime aussi que si l’Afrique comme le Burkina Faso veut changer les choses, il lui faudra avoir une armée nationale. De son avis, l’armée burkinabè dans le sahel est comme une armée étrangère sur son propre territoire. Avoir assez d’éléments (hommes) de chaque communauté dans l’armée serait une solution efficace qui permettra sans nul doute de comprendre le comportement de chaque communauté et d’agir en conséquence.

Actuellement, dit-il, il y a une méfiance de la population envers l’armée et l’armée nationale selon lui viendra mettre fin à cette méfiance.

Lire le rapport au complet ⇒ Nord du Burkina Faso : ce que cache le jihad

Armand Kinda
Infowakat.net

Laisser un Commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

INFOWAKAT.NET