Actualité

Burkina : Les taxis et les bus ont désormais leurs plaques d’immatriculation à part

Entrées en vigueur le 9 juillet 2019, les nouvelles cartes grises burkinabè ont changé dans leurs formes et dans leur fond. L’innovation majeure se trouve au niveau du système d’édition et des correspondances de couleurs.

Les plaques jaunes remplacent les blanches. Elles sont réservées aux engins à usage personnel.

Les plaques avec un fond rouge et écriture blanches sont réservées aux engins de l’Etat et des établissements publics à caractère administratifs.

Les plaques avec un fond blanc et écriture rouges désignent les collectivités publiques territoriales (gouverneur, maire)

Celles avec toujours un fond blanc mais des écritures bleues font référence aux véhicules des sociétés d’Etat et des établissements publics autres qu’administratifs.

Il y a aussi les plaques avec un fond de couleur bleu frappées d’écriture blanches. Celles-ci constituent l’innovation principale car désignant désormais les véhicules de transport en commun ou public (bus, taxi, tricycles…).

Pourquoi opérer un tel changement ?

Selon le ministre en charge des transports, Vincent DABILGOU, « il y avait une nécessité parce que le système que nous utilisions était dépassé. Il avait une durée de vie de 10 ans mais nous on a fait 25 ans avec. A un moment donné, il fallait jongler pour composer de nouvelles plaques d’immatriculations ».

Mais en plus de cela il y a aussi le fait que ces plaques, et les cartes grises qui vont avec sont « plus sécurisées que les anciennes ». Le système de composition est en effet plus complexe que l’ancien. Et selon le ministre, « il garanti aux usagers que les documents qu’ils ont sont authentiques, et ça permet de crédibiliser notre administration » qui a très longtemps été poreuse en matière de fraude.

A la question de savoir comment le contrôle se fera par les agents de police, le ministre se veut rassurant : « ils seront dotés d’un équipement spécial pour vérifier l’authenticité des pièces à distance et en temps réel ».

Coûts et délais

Les Burkinabè possédant les anciennes plaques ont jusqu’en 2021 pour en acquérir la nouvelle. Moyennant combien ? 6000 francs CFA uniquement en ce qui concerne les renouvellements ou de remplacement et de changement de régime douanier.

Et d’après le ministre, le délai de délivrance passe de « une semaine à 48h ». Il est en plus possible de télécharger une partie des pièces à fournir et à remplir pour gagner du temps.

Ce projet est exécuté par un partenariat de type public privé. Le partenaire privé est la société française OBERTHUR TECHNOLOGIES. Son coût est estimé à 13 milliards 8 millions 7695 francs CFA. Les recettes attendues cette opération s’élèvent à « 25 milliards générés à plus des 4/5ème par la délivrance des cartes grises ».

Ange L. Jordan MEDA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Niger : Issoufou Mahamadou dit ses adieux aux 71 soldats tombés à Inates

INFOWAKAT

Algérie : Abdelmadjid Tebboune élu président

INFOWAKAT

Départ des troupes françaises : « il fautd’abord savoir comment ils sont arrivés » Kadré Désiré Ouédraogo

INFOWAKAT

Défense: le président du Faso à la base aérienne 511

INFOWAKAT

Sommet de Pau : « le Burkina Faso qui préside le G5 Sahel, aura un rôle central à jouer » Christophe Bigot

INFOWAKAT

Lutte contre l’insécurité : Trois réseaux de présumés malfrats dans les mailles du CCPO

INFOWAKAT

1 commentaire

Avatar
Yaméogo Albert 14 août 2019 at 22 h 55 min

Je suis stupéfait par le coût de remplacement de la plaque d’immatriculation. En effet il semble qu’il est de 37 500 F au lieu de 6000 F.
Il hautement souhaitable que la direction chargée des immatriculations communique davantage sur les coûts réels et conditions de la nouvelle reimmatriculation.

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR