Actualité Burkina Société

Coexistence pacifique au Burkina : ICG présente son rapport

L’international crisis group (ICG) a animé un point de presse dans l’après-midi de ce jeudi 22 septembre 2016 à Ouagadougou. ‘’Burkina Faso : préserver l’équilibre religieux’’ c’est le titre du rapport qui a fait l’objet de cette conférence.

Le présidium Rinaldo Depagne directeur Afrique de l’ouest de l’ICG et Cynthia Ohayon analyste
Le présidium Rinaldo Depagne directeur Afrique de l’ouest de l’ICG et Cynthia Ohayon analyste

Le rapport présenté lors de cette conférence est un diagnostic de la coexistence religieuse au Burkina Faso. Il s’agit d’une part de la relation entre communautés religieuses ; et d’autres parts la relation entre les religions et l’Etat. Selon l’ICG, « le Burkina Faso est une exception parmi les pays sahéliens en raison de sa grande diversité religieuse et la tolérance qui y règne ».   Cependant, la structure a noté que l’équilibre  religieux tend à s’effriter. Cela en raison du sentiment assez rependu chez certains cadres musulmans que l’appareil d’Etat est essentiellement aux mains des fidèles chrétiens. Ainsi ces musulmans estiment que l’Etat malgré la laïcité, ne traitent pas les deux communautés de façon équitable. Ce sentiment a d’ailleurs été confirmé par l’Imam Ilboudo qui représentait le CERFI à cette conférence. «  Le sentiment que le pays est gouverné par une élite formé par l’église catholique, »  a-t-il affirmé.  Ainsi, selon l’analyste Cynthia Ohayon, si le modèle reste solide, des inquiétudes sont à prendre en compte pour éviter que des frustrations ne dégénèrent.

Promouvoir la coexistence pacifique

Au regard de cette situation, l’international crisis group a formulé une quinzaine de recommandations à l’intention des autorités, des religieux, des médias et des partenaires techniques et financiers.

Cynthia Ohayon auteure du rapport Burkina Faso : préserver l’équilibre religieux,
Cynthia Ohayon auteure du rapport Burkina Faso : préserver l’équilibre religieux,

Pour l’Etat il s’agira d’assurer la pérennité de ses prérogatives  sur toute l’étendue du territoire national. Selon Rinaldo Depagne, directeur Afrique de l’ouest de l’ICG « les mouvements extrémistes profitent très souvent de l’absence ou de la démission de l’Etat pour s’implanter au sein d’une population en proie à la misère».

De même il s’agira pour l’Etat de mieux valoriser les cadres de la communauté musulmane. Dans la pratique, l’Etat pourrait apporter son concours à la bonne formation des élèves des franco-arabe afin d’améliorer l’employabilité de ceux-ci.

A tout citoyen, l’ICG recommande de ne pas se focaliser sur ‘’les détails, mais plutôt sur l’essentiel’’ qui est la coexistence pacifique.

Le directeur Afrique de l’ouest de l’international crisis group  a rassuré de ce que le rapport n’est pas alarmiste comme ce fut le cas d’un précédent rapport sur le Burkina en 2013.

I.Y

infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Assises nationales : les Forces vives de la Nation examinent la suite à donner à la Transition

INFOWAKAT

Un ancien président épouse une ex-ministre : Bah N’Daw et Dr. Fanta Siby pour le meilleur et pour le pire

INFOWAKAT

Ecole nationale de Police : 777 nouvelles compétences prêtes à servir la Nation

INFOWAKAT

Lutte contre le terrorisme : le Chef suprême des Armées salue l’engagement des Volontaires pour la Défense de la Patrie

INFOWAKAT

Sécurité intérieure : 10 personnes interpellées pour des faits de terrorisme à Ouagadougou

INFOWAKAT

Séminaire gouvernemental : réguler les budgets ministériels pour satisfaire les besoins des populations

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR