Actualité Articles Ecomedia Entreprenariat Innovation

Gestion du fonds minier : L’AFEMIB plaide pour la prise en compte de la dimension genre

L’Association des Femmes du secteur minier du Burkina Faso (AFEMIB) plaide pour la prise en compte de la dimension genre dans la gestion du fonds minier de développement local. Au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi 11 mai 2018 à Ouagadougou, la Chargée de Projets de l’AFEMIB, Annonciata OUMSAORE, accompagnée du maire de Yalgo, Issaka OUEDRAOGO, par ailleurs président du Réseau national des communes minières du Burkina Faso, a souhaité que des efforts soient faits au niveau du gouvernement de sorte à prendre en compte la dimension genre dans la gestion du fonds minier de développement local.

Depuis 2009, le Burkina Faso est considéré comme un pays minier au vue de sa forte production en minerais. En 2010, avec six (6) mines industrielles, la production  était estimée à 23 tonnes d’or. Cette production est passée à 45,5 tonnes d’or en 2017 avec 12 mines industrielles. Ce qui permit au pays d’occuper un précieux rang dans le classement des premiers pays producteurs d’or en Afrique. Outre l’or, le Burkina Faso produit aussi du zinc.

De 2007 à 2017, soit dix ans d’intervalle, la contribution directe des mines au budget de l’Etat en termes d’impôts et de taxes a été évaluée à 1.331 milliards de FCFA, pour environ 293 tonnes d’or et 642.205 tonnes de concentrés de zinc produites au Burkina Faso.

Mais malgré cette place qu’occupe le pays dans le classement des premiers producteurs d’or en Afrique, constate l’AFEMIB, la faible contribution des mines au développement des collectivités qui abritent les sites miniers fait l’objet de nombreuses crises entre des populations insatisfaites des retombées de l’activité minière et des sociétés minières. Aussi, ont fait remarquer les conférenciers, « le genre n’est pas suffisamment pris en compte par l’article 26 du Code minier de 2015, le décret qui a créé le Fonds minier de développement local (FMDL) et les arrêtés de mises en œuvre ».

L’AFEMIB, soucieuse de l’existence des risques que la femme soit mise à l’écart dans la gestion de ce fonds (FMDL, ndlr),  entend bien appréhender les contours dudit fonds en vue de mieux se rassurer que la femme sera effectivement prise en compte dans cette gestion. Dans ce sens, l’association dit avoir obtenu du Projet d’Appui au Développement du Secteur minier (PADSEM), un accompagnement financier pour mener un plaidoyer pour la prise en compte de la dimension genre dans les plans communaux et régionaux de développement et, surtout pour le cas présent, « l’implication de la femme dans la gouvernance du Fonds minier de Développement local ».

L’AFEMIB souhaite l’adhésion des autorités nationales et locales dans son plaidoyer de sorte à ce que 30% du fonds soient consacrés aux projets des femmes, mais aussi, que ces différentes autorités œuvrent à la prise de mesures fortes au niveau local dans le but de garantir la prise en compte du genre dans la gouvernance du fonds.

Armand Kinda

Infowakat.net

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

ARTICLES SIMILAIRES

La France lance un satellite militaire dernière génération

INFOWAKAT

La Turquie expulse l’ambassadeur français pour son soutien à un opposant politique

INFOWAKAT

Fespaco 2021: L’étalon d’or de Yennenga revient à la Somalie

INFOWAKAT

Politique : Blaise Compaoré appelle à la retenue suite à la suspension de 03 camarades du CDP

INFOWAKAT

Namounou: Des écoles incendiées par des HANI

INFOWAKAT

Boucle du Mouhoun: 01 soldat blessé dans une attaque à Djibasso

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR