A LA UNE Burkina Interviews

Mouvement d’humeur à la FAIB : « Ce sont des gens instrumentalisés ! »

Le Covid19 a fait son apparition au Burkina Faso depuis le 09 mars 2020. Plusieurs mesures ont été prises par les autorités pour contrer la propagation de la maladie. La fermeture des lieux de cultes en est un élément, et elle coïncide avec la période de ramadan. Partant, des fidèles musulmans ont manifesté au siège de la fédération des associations islamiques du Burkina Faso pour exiger la réouverture des mosquées. Cette manifestation a été empreinte de violence. Et selon,  El hadj Boubacar Yugo, ce groupe de jeunes a été instrumentalisé.

De la genèse de la fermeture des mosquées

El hadj Boubacar Yugo, le président de la FAIB, rappelle que la décision a été prise par un décret le 15 avril 2020, après des discussions entres les autorités sanitaires et les responsables religieux. Ce décret était prévu pour durer deux semaines. Au vu de l’évolution de situation, le délai a été prorogé. Avec la réouverture du grand marché, des questionnements sur la réouverture des mosquées ont commencé à être émises, vue la période de ramadan. « Après des discussions, nous avons donc décidé de garder les mosquées fermées, malgré l’ouverture du grand marché. Mais nous en tant qu’autorité religieuse, garder les mosquées fermées pendant que les marchés et yaars qui drainent plus de personnes sont ouverts, on serait un peu ridicule aux yeux des fidèles » a-til expliqué.

À la suite de la réouverture du grand marché, des discussions ont été menées une fois de plus avec le ministre afin que les responsables proposent des solutions de mesures barrières pour les moquées. Des explications d’El hadj Boubacar Yugo, le ministre  était d’accord pour la réouverture des lieux de culte, en invitant ceux-ci à la désinfection des lieux par manque de moyens pour les accompagner.

« Nous avons donc établi un communiqué le jeudi 30 avril 2020 pour informer du nettoyage des mosquées, placer les laves mains et faire en sorte que les gens soient munis de cache-nez lorsqu’ils viennent à la prière. Le communiqué devait paraitre le jeudi, mais le secrétariat n’a pas pu envoyer car ils disaient attendre mon accord le vendredi, je leur ait dit être d’accord. Et ce n’est que le samedi 02 mai 2020, que nous étions en réunion pour arrêter la liste des dons que nous devions donner aux mosquées et faire passer le communiqué qui devait être diffusé depuis le jeudi. Ce qui veut dire pour nous que les mosquées devaient être ouvertes le samedi, ou dimanche, au plus tard le lundi », a-t-il dit en précisant qu’une lettre avait été transmise au ministre en date du 20 avril 2020 précisant les mesures barrières qui seraient prise.

Qu’est-ce qui s’est passé pour qu’il y ait un mouvement d’humeur ?

« Ils se sont passés des audios pour se retrouver ! Et ont dit que l’Etat a autorisé la réouverture des mosquées, et la fédération rrefuse », lance Boubacar Yugo en confiant que ce sont « des gens instrumentalisés ».

Des propos de l’imam Yugo, ces gens sont issus d’associations reconnues par la FAIB, et auraient dit qu’une autorisation avait été donnée pour la réouverture des mosquées et que la FAIB refusait de le faire. « C’est archi faux. »

« C’est un groupe de jeunes qui sont tout le temps ensemble, et qui ne représentent pas grand-chose dans notre société qui sont venus. Ils ne sont même des leaders dans leurs associations ».

Et à l’imam d’ajouter qu’avant le Ramadan, il est recommandé de demander pardon à son entourage pour les péchés commis. « Je puis alors dire que tout ceux qui sont venus ce jour, avaient leur carême gâté ; ce n’est pas bien ! le fait qu’il se soient déplacés sans fondements et sans informations vraies et venir s’en prendre à la faitière est un péché. Ils voulaient que dès que le marché soit ouvert, que les mosquées le soient. C’est l’État qui nous approché ».

En ce qui concerne la place de femme dans la religion musulmane, El hadj Boubacar Yugo est claire. Elles ont des droits dans l’islam, et la prière la plus acceptée de la femme, c’est celle fait à la maison. « Il n’est pas interdit qu’elles viennent à la mosquée ; c’est une recommandation ! ».

Alex Some (stagiaire)

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Conseil des ministres du 29 mai : le gouvernement ressuscite l’ONBAH pour la souveraineté alimentaire

INFOWAKAT

Koudougou : des clients d’une mutuelle d’épargne et de crédit dans le désarroi

INFOWAKAT

Les Forces armées de l’Alliance des Etats du Sahel en exercice d’envergure dans l’ouest du Niger

INFOWAKAT

Assises nationales : les Forces vives de la Nation examinent la suite à donner à la Transition

INFOWAKAT

Un ancien président épouse une ex-ministre : Bah N’Daw et Dr. Fanta Siby pour le meilleur et pour le pire

INFOWAKAT

Ecole nationale de Police : 777 nouvelles compétences prêtes à servir la Nation

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR