A LA UNE Actualité Articles Burkina Politique

Politique : Hubert Bazié regrette les années « révolution »

Dans une déclaration datée du 01 juillet 2019, Jean Hubert Bazié, pour le compte du Mouvement pour la réhabilitation de la patrie, rappelle que le 4 août 2019, « cela fera exactement 32 ans que des patriotes de tous rangs et de toutes les catégories socio-professionnelles, intervenaient dans la conduite des affaires de l’Etat, pour rendre à notre pays son indépendance et sa liberté, et à notre peuple, sa dignité ».

Il rappel que pendant la révolution, le CDR (Comité de défense de la révolution) a été mis en place pour participer à la « grande lutte pour le progrès économique et social ».

« La formidable mobilisation qui a suivi cet appel a permis des avancées dans tous les domaines, en opérant un  bouleversement qualitatif des esprits et des chiffres ». Ces facteurs de changements ont touché plusieurs domaines, la santé, l’agriculture, les infrastructures, l’environnement et bien d’autres domaines.

Mais ce changement s’est effrité après la révolution. Et aujourd’hui selon lui, « le Burkina Faso ne s’est jamais aussi mal porté ». Selon Bazié, le pays est devenu une « poubelle à ciel ouvert, poubelle à ordures morales et matérielles, réceptacle de déjections et dépotoir de rebuts en tous genres ».

« L’Économie est désarticulée, déconstruite sinon asphyxiée. Les rares qui fonctionnent encore sont condamnées à terme à la fermeture tandis que le Commerce général bat son plein, faisant de nous, essentiellement un peuple de consommateurs affamés que l’on tiendrait par le ventre ».

La succession des grèves constitue une preuve pour lui que le pouvoir refuse de « jouer franc-jeu ».

« Le Nord du Burkina est venu au Centre du Burkina et les réfugiés du Sahel, terrorisés, sont aux portes de Ouagadougou, sinon à l’intérieur, avec armes et bagages ».

L’expérience et le temps ont validé les recettes de la Révolution populaire dans les pays dont « les leaders ont eu le courage et l’intelligence de les appliquer ».

Hubert Bazié croit que l’idéal n’est pas mort, parce qu’il ne peut pas mourir. « Notre devoir est de le raviver, de le porter et le maintenir aussi haut que possible. Pour l’honneur du Burkina ! Pour celui des martyrs ! Pour le développement véritable du Burkina et l’avenir de notre Jeunesse ».

Il appel au réveil de tous les citoyens du Burkina Faso.

« Semons la graine de l’Espoir de tout un peuple. Créons un vaste Mouvement pour la réhabilitation de la Patrie des hommes intègres ! Révolution et intégrité ont été longtemps galvaudées. C’est le moment de leur donner tout leur sens », dit-il.

Après le sauve qui peut qui a suivi le 15 octobre 1987, après le souci du salut individuel bien compréhensible d’alors, est venu le temps du salut collectif, le temps de brandir à nouveau le flambeau de l’espérance.

La rédaction

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : les formulaires d’enrôlement pour le permis de conduire et les cartes grises sont gratuits

INFOWAKAT

Koutougou : Les corps des militaires tombés accueillis par des tirs en l’air

INFOWAKAT

Koutougou : Le GSIM revendique l’attaque

Infowakat MEDA

Attaque Koutougou : Le CFOP veut « des solutions ad ’hoc »

Infowakat MEDA

Nouvelles plaques et cartes grises : le deal des « Koksairs »

Infowakat MEDA

Rébellion au camp Guillaume OUEDRAOGO, une rumeur selon l’Etat Major

Infowakat MEDA

2 commentaires

Bamadou SANOGO 2 août 2019 at 16 h 00 min

Félicitations pour le travail ardu que vous abattre pour informer vos concitoyens. Merci et plein succès

Répondre
Anonyme 2 août 2019 at 16 h 02 min

Merci

Répondre

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR