A LA UNE Actualité Articles Burkina Procès Putsch

Procès du Putsch : certains accusés « victimes de leur fidélité »

A l’audience de ce lundi 08 juillet 2019, Me Babou Bama plaide pour l’acquittement de ses quatre clients. Ils sont accusés de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires. L’avocat de la défense estime que les accusés ont été victimes de l’ordre donné par leurs supérieurs hiérarchiques. Il en est de même pour le Me Alexandre Daboné.

Pour Me Babou Bama, l’accusé Saboué Massa est victime d’avoir bien conduit sa mission. On lui reproche en effet d’avoir conduit le général Gilbert Diendéré. Et si cela constitue l’un de ses chefs d’accusation, que serait-il arrivé si Saboué Massa abandonnait le général et que quelque chose arrivait à son intégrité physique ?

« Il a été victime de sa fidélité ; conduire le général n’est pas un ordre illégal », lance-t-il. Pour le projet de désertion émis par le parquet, Me Babou Bama pense que c’est du droit de l’accusé de voyager : « où est le projet de désertion si c’est un gendarme qui est allé les chercher alors qu’ils étaient deux militaires ? S’ils avaient voulu déserter ils l’auraient fait ».

L’avocat de l’accusé précise que son client n’a jamais mené de patrouille, ni donner de renseignements comme le dit le parquet.

Saboué Massa prend la parole à l’invite du juge en disant qu’il n’a eu aucune autre responsabilité à part conduire le général depuis 2008 (début de sa fonction) jusqu’au 16 septembre 2015. Il réaffirme qu’il n’a jamais donné de renseignement. « Un ordre militaire a été donné, je n’avais le choix que d’obéir ».

La parole est reprise par le Me Babou Bama pour sa plaidoirie concernant Seydou Lankouandé. Il indique lui aussi, que l’accusé a reçu l’ordre d’aller chercher le matériel au Togo et « il ne pouvait regarder ses supérieurs hiérarchiques et refuser l’ordre donné ».

Le caporal Seydou Lankouandé dit avoir pendant ces 16 mois à la MACA avoir bien apprise la leçon. Partant de la définition de la MACA, il dit aussi avoir reçu une bonne correction. « Je ne vais porter des coups même à mes propres enfants », lance-t-il avant de demander à la juridiction de lui donner une chance de continuer à servir la nation.

C’est au tour de Me Alexandre Daboné plaider pour le soldat de deuxième classe Jean Martial Ouédraogo et le sergent Sidiki Ouattara. Avant toute chose, l’avocat a demander aux familles des victimes de pardonner,  ce qui est un acte de justice.

« On n’a pas pu démontrer que mes deux clients ont pu causer la mort de qui que ce soit. Les vidéos diffusées montrent mes clients qui faisaient la patrouille où il n’y avait pas d’attroupement. C’est à BF1 et à la Place de la Nation », martèle Me Alexandre Daboné. Il estime que ces ordres sont venus de la hiérarchie que ses clients ont respectée, donc il convient à la juridiction de les acquitter de l’infraction à la complicité et d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Selon son avocat, Sidiki Ouattara doit aussi être acquitté de l’infraction à la dégradation de biens aggravés parce que Savane FM n’a reçu aucun explosif, ni subit de dégât. Il n’a donc commis aucun acte assimilable à la destruction de bien aggravée.

« Mes deux clients n’ont fait qu’exécuter l’ordre donné par leurs hiérarchies sans connaitre les tenants et les aboutissants ». Alexandre Daboné demande donc leur acquittement pure et simple de ses clients.

Nafisiatou VEBAMA

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Burkina : les formulaires d’enrôlement pour le permis de conduire et les cartes grises sont gratuits

INFOWAKAT

Koutougou : Les corps des militaires tombés accueillis par des tirs en l’air

INFOWAKAT

Koutougou : Le GSIM revendique l’attaque

Infowakat MEDA

Attaque Koutougou : Le CFOP veut « des solutions ad ’hoc »

Infowakat MEDA

Nouvelles plaques et cartes grises : le deal des « Koksairs »

Infowakat MEDA

Rébellion au camp Guillaume OUEDRAOGO, une rumeur selon l’Etat Major

Infowakat MEDA

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR