A LA UNE Actualité Burkina Dossier Procès Thomas SANKARA

Procès Thomas Sankara et ses compagnons : Gilbert Diendéré toujours à la barre.

Le procès pour l’assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons se poursuit ce mercredi 10 novembre 2021 avec toujours le général Gilbert Diendéré à la barre.
A la question de Me Lalogo Julien de savoir pourquoi Gilbert Diendéré n’a- t-il pas mis aux arrêts Lingani et Blaise Compaoré qui avaient tous les deux mis fin au Conseil national de la révolution, ce dernier répond :
 » comment moi lieutenant, je vais mettre aux arrêts un capitaine, qui s’il l’avait voulu aurait pu être lieutenant-colonel et un commandant ? ».
L’accusé continu dans la même en demandant ce qu’il aurait pu faire à l’époque des faits.
Et à Me Farama de répondre qu’en 1983, le président Jean Baptiste Ouedraogo avait été renversé et arrêté par des moins gradés que lui.

Me Badolo quant à lui, affirme que l’accusé à bien tiré profit des événements du 15 octobre 1987. Pour lui ces évènements ont quelques peu booster la vie professionnelle de Gilbert Diendéré.

Cette observation manque peu de mettre l’accusé dans tous ses états. Celui-ci indique qu’il doit son succès professionnel à ses compétences. « Ce n’est pas leur action qui m’a permis d’être là où je suis. Ce sont mes compétences intellectuelle, opérationnelle et militaire qui m’ont amené là où je suis. C’est compte tenu de mes compétences au GIFA à Bobo-Dioulasso que je suis allé au CNEC » a t-il argue.

Lorsqu’il lui a été posé la question de savoir étant allé au conseil le jour des faits après les coups de feu, l’accusé n’a pas organisé une riposte face au commando ? Et pourquoi n’a t-il pas sanctionné  Otis et Nadié N’Soni, qu’il a indiqué trouvés sur les lieux?

Indiquant que c’était plutôt à la garde rapprochée de Thomas Sankara de riposter,  Gilbert Diendéré explique qu’il n’était pas de sa responsabilité de prendre des sanctions contre qui que ce soit, lui-même étant sous commandement de sa hiérarchie.

La rédaction

Infowakat.net

ARTICLES SIMILAIRES

Au Burkina Faso, « le paternalisme, c’est fini » : des milliers de manifestants dénoncent l’influence de la France en Afrique

INFOWAKAT

Communiqué relatif au réaménagement des horaires de travail journalier durant la période allant du 28 janvier au 05 février 2023, à l’occasion du SIAO

INFOWAKAT

Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat reçoit un messager de son homologue tchadien

INFOWAKAT

16e édition du SIAO : faire de l’artisanat un facteur de résilience des populations

INFOWAKAT

« Fini, l’Afrique dominée, place à l’Afrique souveraine et son message : l’Afrique aux Africains ! »

INFOWAKAT

Communiqué d’ouverture des concours directs de recrutement, au profit des Institutions publiques d’enseignement supérieur et de recherche.

INFOWAKAT

Laisser un Commentaire

Infowakat

GRATUIT
VOIR